Archives par mot-clé : compositeur médiéval

« Ecco la primavera », une chanson de francesco Landini au renouveau printanier

Sujet :  musique médiévale, musiques anciennes, ballade, madrigal, chants polyphoniques, ars nova, chanson médiévale.
Période :  moyen-âge tardif, XIVe siècle
Auteur :  Francesco Landini ( ? 1325-1397)
Titre :  Ecco la primavera
Interprètes :  Enea Sorini et Catalina Vicens
Concert : extrait enregistré à Bâle, Suisse en avril 2018

Bonjour à tous,

u XIV siècle, Francesco Landini, compositeur florentin, régale de sa musique une Italie médiévale qui entre, déjà, dans son Rinascimento. Né d’un peintre reconnu, le destin qui appelait notre homme à marcher dans les traces de son père, lui échappa pourtant. Rendu aveugle dès son jeune âge, par la variole, il s’orienta vers la musique pour le plus grand plaisir de ses contemporains.

Compositeur, organiste, instrumentiste, poète et chanteur, Francesco Landini cumule, en effet, tous les talents. Celui que l’on surnommera, quelquefois, l’organiste aveugle ou l’aveugle des orgues (il Cieco degli organi), deviendra même un des plus grands représentants de l’Ars nova en Italie. La mort n’attendit d’ailleurs pas, pour le faire entrer dans la postérité puisqu’en son temps, il fut couronné pour ses talents par le roi de Chypre. Il côtoya aussi Pétrarque et légua, pour finir, 154 pièces polyphoniques à deux et trois voix qui achevèrent de le faire entrer dans la légende musicale italienne du trecento.

« Ecco la primavera »,
ballade légère et printanière à deux voix

Alors que septembre s’achève et que nous entrons déjà dans l’Automne, la pièce du jour du compositeur Florentin en prend le contrepied. Cette ballade a pour titre « Ecco la primavera », « voici le printemps » et nous transporte dans les joies du renouveau printanier, saison très chère au moyen-âge et ses poètes.

manuscrit-ancien-codex-squarcialupi-musique-medievale-italienne-XIVe-ars-nova.jpg(ouvre un nouvel onglet)

« Ecco la primavera« , Codex Squarcialupi (début du XVe s), Biblioteca Medicea Laurenziana,

Tout est léger dans cette composition du maître florentin jusque la mélodie joyeuse et aérienne en accord avec les paroles. En 2018, la chaîne youtube Amfiparnaso, dédiée à la musique ancienne et notamment aux prestations du baryton Enea Sorini en partageait une belle interprétation. Enregistrée à Bale en Suisse, elle mettait en scène le chanteur italien en compagnie de l’organiste Catalina Vicens. Ecrit à l’origine pour être chantée à deux voix et à Cappella,

Tout est léger dans cette composition du maître florentin jusque la mélodie joyeuse et aérienne en accord avec les paroles. En 2018, la chaîne youtube Amfiparnaso, dédiée à la musique ancienne et notamment aux prestations du baryton Enea Sorini en partageait une belle interprétation. Enregistrée à Bale en Suisse, elle mettait en scène le chanteur italien en compagnie de l’organiste Catalina Vicens. Ecrit à l’origine pour être chanté à deux voix et à Cappella, ce madrigal de Landini a été adapté ici pour un « dialogue » entre la voix du chanteur et celle de l’organetto (orgue portatif médiéval).

« Ecco la primavera » de Francesco Landini par Enea Sorini et Catalina Vicens

Enea Sorini, chanteur Baryton
sur les scènes médiévales et baroques

Sous ses airs qui, sur cette vidéo, pourraient nous rappeler un peu Angelo Branduardi, Enea Sorini est un baryton italien confirmé et reconnu sur la scène des musiques anciennes et classiques.

Très tôt intégré dans un chœur de la ville italienne de Pesaro, il se formalisa avec les musiques anciennes et polyphoniques durant près de 15 ans. Après un détour par des études artistiques, il reviendra vers la musique et le chant (musique de chambre et musique baroque) en passant par le conservatoire de la même ville. On le trouvera, par la suite, au chant, à la percussion et au Psaltérion en collaboration avec l’ensemble italien Micrologus. Sa carrière lui donnera également l’occasion de participer encore à d’autres formations de musiques anciennes, sur des répertoires principalement médiéval et renaissant. Un peu plus tard, il fondera également l’ensemble Bella Gerit d’Urbino, autour du répertoire renaissant.

Entre toutes ses participations et albums, le baryton italien affiche déjà une discographie de près de 20 titres. Sur le plan intellectuel, Enea Sorini a également fait des études poussées dans le domaine de la musicologie, sur un répertoire et des pratiques musicales qui touchent, plus particulièrement, le XVIe s, dans la province d’Urbino. Voir son site officiel.

Catalina Vicens, grand talent reconnu
sur la scène médiévale et renaissante

De son côté, l’organiste et musicienne d’origine chilienne, Catalina Vicens affiche également un parcours brillant et de très haute tenue qui a démarré, de manière précoce, sur la scène classique latino-américaine, avec de nombreux concerts.

Dans son parcours initiatique, elle compte, en plus de deux formations classiques à Philadelphie et à Fribourg, un passage par la prestigieuse Schola Cantorum Basiliensis. Aujourd’hui, établie, à Bale, en Suisse, elle s’est spécialisée dans les instruments anciens à claviers ( claviers médiévaux, clavicymbalum, organetto, orgue, clavecin,…). Devenue une instrumentiste virtuose, ses talents et ses travaux lui ont valu déjà des récompenses telles qu’un Award ainsi qu’un diapason d’or. Sa passion pour les instruments anciens l’a aussi conduit à s’associer de près à la fabrication ou la reconstitution d’instruments, tels que des orgues médiévaux ou renaissants.

En plus de ses prestations musicales en collaboration avec de nombreux ensembles, elle dirige la formation Servir Antico qu’elle a aussi créée et dont le répertoire entend faire redécouvrir des compositions peu connues ou méconnues des XIIIe au XVIe siècles. A ses talents d’instrumentiste, Catalina Vicens associe également le goût de la transmission et de la pédagogie. Elle est, en effet, maître de conférences au Conservatoire Royal de Bruxelles et intervient en enseignement dans d’autres écoles prestigieuses au niveau international. Pour suivre son actualité, son site officiel est ici.


Ecco la Primavera de Francesco Landini
avec traduction en français moderne.

Ecco la primavera
Che ‘l cor fa rallegrare;
Temp’è da ‘nnamorare
E star con lieta cera.
No’ vegiam l’aria e ‘l tempo
Che pur chiama allegreza;

In questo vago tempo
Ogni cosa ha vagheza.
L’erbe con gran frescheza
E fiori copron prati
E gli alberi adornati
Sono in simil manera.

Ecco la primavera
Che ‘l cor fa rallegrare;
Temp’è da ‘nnamorare
E star con lieta cera.

Voici le printemps
Qui réjouit le cœur (met, à nouveau, le cœur en joie)
C’est le temps de tomber amoureux
Et d’afficher un visage joyeux (une mine réjouie).
L’air et le temps s’accordent ensemble
Pour nous rendre joyeux. (nous apporter joie et allégresse)

En ce temps enchanteur
Chaque chose est agréable (source de plaisir)
L’herbe avec sa grande fraîcheur
Les fleurs qui couvrent les champs
Et les arbres garnis (de feuilles, en fleurs, décorés)
S’accordent avec tout cela.

Voici le printemps
Qui réjouit le cœur
C’est le moment de tomber amoureux
Et d’afficher des faces joyeuses
.


En vous souhaitant une excellente journée.
Fred
pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen-âge sous toutes ses formes

« Loyauté vueil tous jours maintenir » la courtoisie de Guillaume de Machaut à la façon de René Zosso

Guillaume-de-Machaut_trouvere_poete_medieval_moyen-age_passionSujet  : musique, chanson médiévale, virelai, maître de musique, chanson, amour courtois.
Titre    : «Loyauté vueil tous jours maintenir»
Auteur   :   Guillaume de Machaut (1300-1377)
Période  : XIVe siècle, moyen-âge
Interprète    :    René Zosso
Album  : Anthologie de la chanson française, des trouvères à la Pléiade  (2005)

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous partons, aujourd’hui, du côté des « trouvères »   ou même plutôt d’un maître de musique et compositeur   du  XIVe siècle.   Tribut sera fait au talent musical de Guillaume de Machaut et à sa maîtrise parfaite de la lyrique courtoise.

Loyauté vueil tous jours maintenir :
une chanson baladée courtoise

Cette  pièce se classe comme une chanson baladée monodique. Le poète y confirme sa loyauté et son amour envers sa dame. Las ! Rien n’est jamais simple en courtoisie. Elle se dérobe à lui, et privé de la voir, le poète   souffre et  se languit. Qu’importe. Dut-il en pâtir ou en mourir, il lui demeurera fidèle et patient, en se pliant  ainsi, rigoureusement, à l’exercice de la fin’amor et ses codes.  On n’en attendait pas moins de lui.

rene-zosso-musique-medievale-chanson-moyen-ageCôte interprétation, c’est René Zosso  qui nous la donnera a cappella. Loin des  versions  lyriques habituelles autour du répertoire médiéval, la voix enlevée et rugueuse du grand vielliste et chanteur suisse revisitera cette pièce avec une force et une énergie unique. C’est une de ses  signatures, celle qui a fait son succès et qui nous le fait autant apprécier.

Sources modernes  &    manuscrits anciens

Vous pourrez retrouver cette pièce retranscrite dans un grand nombre d’éditions des œuvres de Machaut. Depuis le XIXe  siècle, les  médiévistes et les  spécialistes de littérature du moyen-âge, comme certains musicologues en ont produit des quantités. Pour l’occasion, nous avons opté pour  celle de Vladimir  Chichmaref  Guillaume de Machaut Poésies Lyriques – Edition complète en deux parties avec Introduction, Glossaire et Fac-similés  ( 1909).

guillaume-machaut-manuscrit-français-1586-chansons-balladees-amour-courtois-moyen-age-tardif_s
L’oeuvre de Guillaume de Machaut dans le manuscrit Français 1586 de la BnF

Du point de vue des sources anciennes, on trouvera cette pièce annotée musicalement dans l’ouvrage Français 1586 (photo ci-dessus), actuellement conservé au département  des manuscrits de la BnF (à consulter ici sur gallica). Daté du milieu du XIVe,  ce manuscrit médiéval qui contient l’œuvre de Guillaume de Machaut, est, à ce jour, un des plus ancien manuscrit illustré, connu, de l’auteur. On  suppose même que  le compositeur médiéval a pu participer ou suivre de près sa réalisation. C’est dire toute la valeur historique de ce  document.

Loyauté   vueil tous jours maintenir interprétée    par René Zosso


Anthologie de la chanson française :  naissance de la chanson française

Dans le courant du XXe siècle, on doit à  la maison EPM de s’être attaquée au vaste sujet de la chanson française avec l’idée d’en produire une anthologie.  Au sortir, la période couverte  part du moyen-âge pour aller jusqu’aux années 80, pour une anthologie qui  se décline en un nombre important d’albums. Rangés par période, ces derniers peuvent même, à l’occasion, être catégorisés par thème :  chansons de métiers, chansons sur la condition féminine, etc…

L’objet déborde donc largement de notre strict propos (médiéval) et nous laisserons le soin aux éventuels intéressés par les divers coffrets d’effectuer des recherches adéquates. Nous nous arrêterons, quant à nous, à l’album du jour qui porte sur la naissance de la chanson française et qui a pour titre :  Anthologie de la chanson française :  des trouvères à la Pléiade. 

« Des trouvères à la Pléiade »,    l’album

musique-medievale-album-trouveres-chansons-francaises-anthologie-moyen-ageEn accord avec son titre, cet album prend l’histoire de la chanson  à partir des trouvères. Il   se  situe même plus vers le moyen-âge tardif et la renaissance qu’au moyen-âge central.

Du point de vue contenu, il est assez généreux avec   24  chansons présentées pour plus d’une heure dix d’écoute.   En plus de  certaines pièces anonymes du XIIIe siècle, on y trouvera quelques compositions de Thibaut de Champagne,   et côté XIVe siècle, la pièce de Machaut du jour.  Pour le reste, le XVe siècle et le XVIe y trouvent une place de choix avec du Clément Marot, du Ronsard,  ou encore un nombre important de chansons issues du  Manuscrit de Bayeux. Du point de vue de l’interprétation,  René Zosso  y est clairement à l’honneur avec pas moins de  5 pièces. On y  croise aussi,  avec plaisir, de nombreux autres chanteurs talentueux dont  Gabriel   YacoubMélane Favennec et même, de manière plus inattendue,  Pierre Perret.

Enregistré dans le courant de l’année 1996,  cet album a fait l’objet d’une réédition (repackaging)  courant 2005.   A ce  titre, on le trouve toujours disponible à la distribution en ligne au format CD ou même dématérialisé  : Anthologie de la chanson française – des trouvères à la Pléiade.


« Loyauté vueil tous jours maintenir »
Chanson baladée de Guillaume de Machaut

Loyauté vueil tous jours maintenir (1)
Et de cuer servir
Ma dame debonnaire (douce, bonne, aimable).

Mon cuer y vueil et mon desir
Mettre sans retraire  (renoncer, reculer, faire retraite)
Ne ja ne m’en quier departir (veux séparer),
Ains vueil toudis faire
Son tres dous voloir sans repentir
Et li obeir
Comme amis, sans meffaire.
Loyauté.

Mais Amour fait mon cuer languir
Et si m’est contraire (contrarier, incommoder)
N’elle ne me daingne garir,
Ne je ne puis plaire
A la bele que j’aim et desir,
Qui à son plaisir
Me puet faire et deffaire.
Loyauté vueil tous jours maintenir.

Las! si ne sçay que devenir
Ne quelle part traire, (ni de quel côté   tirer, aller)
Quant aler ne puis ne venir
Au tres dous repaire,
Où celle maint qui me fait morir,
Quant veoir n’oïr
Ne puis son dous viaire.
Loyauté vueil tous jours maintenir
Et de cuer servir
Ma dame debonnaire.

(1)  Pour faire le parallèle entre valeurs chevaleresque et courtoisie, il est intéressant de noter qu’une devise portant « C’est pour loiauté maintenir »  fut remarquée par Machaut à l’occasion d’un de ses voyages en Orient.  Selon ses vers, il la trouva utilisée  par une corporation de chevaliers chrétiens stationnés  en Nicosie (Chypre) : l’Ordre de l’épée. Peut-être l’a-t-il en partie reprise ici au compte de la fin’amor et en référence à cela.  

De toutes couleurs  espuré,
Et s’avoit en lettres d’or entour, 
Qui estoient faites à tour,
Disans, bien m’en doit souvenir : 
« C’est pour loiauté maintenir »
Car je l’ay mille fois veu
Sur les chevaliers et leu. »


En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

« Belle, com loiaus amans », une chanson courtoise de Jehannot de Lescurel

manuscrit-enluminure-medievale-roman-de-fauvel-francais-146-moyen-ageSujet :   musique médiévale, chanson médiévale, amour courtois, trouvère, compositeur médiéval,   Roman de Fauvel, Manuscrit médiéval,  français 146, vieux -français, langue d’oïl, ballade
Période :   moyen-âge, XIIIe, XIVe siècle
Auteur : 
   Jehannot   de Lescurel

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous revenons, aujourd’hui, à la toute fin du XIIIe siècle, avec le trouvère et compositeur Jehannot de Lescurel. Dans le pure style de la lyrique médiévale courtoise, le poète se déclare, dans cette chanson, le plus loyal et serviable des amants. Il n’attend en retour et pour unique gage, que de pouvoir effleurer les lèvres de la belle et qu’elle lui concède un baiser.

Sources : le manuscrit médiéval français 146

chanson_medievale_courtoise_moyen-age_jeannot-lescurel-trouvere_sComme nous l’avions déjà indiqué, on retrouve les œuvres de Jehannot de Lescurel dans le manuscrit ancien Français 146 de la BnF. Daté des débuts du XIVe siècle (1318-1320) cet ouvrage joliment enluminé, est surtout connu pour contenir  le   Roman de Fauvel de Gervais du Bus et Raoul Chaillou de Pesstain  :  cette copie est même considérée comme une des plus fameuses à ce jour (source Bnf).

Cliquez pour agrandir
la chanson et sa notation musicale

Outre le Roman de Fauvel et les chansons et compositions de Jehannot de Lescurel, on peut également trouver, dans ce manuscrit médiéval, des poésies et dits de Geoffroy de Paris (Geoffroi), ainsi que sa chronique métrique : témoignage historique versifié de ce dernier, sur la couronne de France et notamment la politique de Philippe le Bel,  aux débuts du XIVe siècle.

chanson-medievale-jeannot-Lescurel-belle-comme-loiaux-amants-manuscrit-medieval-Français-146_s
Belle, com loiaus amans de Jehannot de Lescurel, Ms Français 146, BnF, dépt des manuscrits.

Belle, com loiaus amans
une ballade de Jeannot de Lescurel

Pour la traduction de cette pièce, à quelques variantes maison près, nous nous sommes largement appuyé sur une anthologie de la poésie française qui a comme point le départ le moyen-âge, comme on en trouve quantité au XIXe siècle, avec les mises à jour croissantes de manuscrits et la systématisation de leur traduction.

Cette anthologie en plusieurs volumes à pour titre « Les Poètes Français, recueil des chefs-d’oeuvre de la poésie française (1861).  Sous la direction de Eugène Crépet (1827-1892), homme politique, bibliographe, romaniste, féru de poésie et de littérature, ami de Baudelaire, elle ouvre son premier tome sur le XIIe siècle et elle a encore comme particularité de mettre à contribution, dans ses notices littéraires, de nombreux auteurs et poètes célèbres du XIXe siècle. Entre autres noms, on retiendra ceux de Théophile Gautier, Charles Baudelaire et Théodore de Banville.


Belle, com loiaus amans
Vostres sui : car soiez moie.
Je vous servirai touz tans
N’autre amer je ne voudroie
Ne ne puis; se le povoie,
N’ i voudroie estre entendans.
Et pour ce , se Dex me voie !
Dame , bon gré vous saroie,
Se vostre bouche riant
Daignoit toucher à la moie.

Belle, comme loyal amant
Je suis vôtre, aussi soyez mienne.
Je vous servirai toujours
Et ne voudrais en aimer d’autre
Ni ne le pourrais ; si je le pouvais,
Je n’en serais pas désireux, (je ne voudrais m’y résoudre)
Aussi, Dieu m’en soit témoin î
Dame , bon gré, vous saurais 
Si votre bouche riante
Daignait toucher la mienne.

Li dons est nobles et grans;
Car, se par vou gré l’avoie,
Je seroie connoisanz
Que de vous amez seroie,
Et mieus vous en ameroie.
Pour ce , biaus cuers dous et fran
Par si qu’aviser m’en doie,
Dame, bon gré vous saroie ,
Se vostre bouche riant
Daignoit toucher à la moie.

Le don* (le présent) est noble et grand,
Car, si je l’obtenais de vous,
Je connaîtrais alors (je saurais alors avec certitude)
Que je suis aimé de vous, 
Et vous en aimerais davantage.
Ainsi , beau cœur doux et franc,
Puisqu’il vous faut m’éclairer sur cela,
Dame , je vous saurais bon gré
Si votre bouche riante
Daignait toucher la mienne.

Vostre vis est si plaisans
Que jà ne me soleroie
D’estre à vo plaisir baisans,
S’amez de vous me sentoie ;
A mieus souhaidier faudroie.
Pour ce que soie sentant
Quelle est d’amer la grant joie,
Dame , bon gré vous saroie,
Se vostre bouche riant
Daignoit toucher à la moie.

Votre visage est si ravissant
Que jamais je ne me lasserais
De le baiser à votre plaisir.
Si je me sentais aimé de vous ;
C’est le meilleur souhait que je puisse former.
Afin je puisse éprouver
Ce qu’est la grande joie d’aimer,
Dame, je vous saurais bon gré
Si votre bouche riante
Daignait toucher la mienne.


En vous souhaitant une  belle journée.

Frédéric EFFE.
Pour Moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen-Age sous toutes ses formes

Sources utiles

Chansons, ballades et rondeaux de Jehannot de Lescurel, poète du XIVe siècle, Anatole de Montaiglon, (1855), 

Les Poètes Français, recueil des chefs-d’œuvre de la poésie française, Tome 1,   sous la direction de Eugène Crépet  (1861)