Divertissement télévisuel et documentaire historique : les visiteurs de l’Histoire à la fin du moyen-âge

chateau_crevecoeur_medieval_documentaire_moyen-ageSujet : documentaire moyen-âge, divertissement, lieux d’intérêt, Châteaux, reconstitution historique.
Titre : les visiteurs de l’Histoire à la fin du moyen-âge
Période : bas moyen-âge, XVe siècle, année 1450france_5_les_visiteurs_de_histoire_documentaire_moyen-age
Lieu : Château de Crèvecoeur, Normandie
Média : vidéo, série télévisée
Chaîne de télévision : France 5  Année : 2012

Les visiteurs de l’Histoire en 1450

Un voyage dans les couloirs du temps

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous postons un petit documentaire vidéo, léger et divertissant. Il concerne, bien entendu, le monde médiéval et nous propose un voyage dans le temps, à la fin du XVe siècle,  en 1450.

Ce programme télévisuel fait partie  de la série « les visiteurs de l’Histoire » diffusée par la chaîne de télévision France 5, dans le courant de l’année 2012. Dans cette série, nous suivons Arnaud Poivre d’Arvor, innocent (et presque ingénu) visiteur de l’Histoire, à la découverte de différentes périodes du passé. En l’occurrence dans cet épisode, il part explorer le château de Crèvecoeur en Auge, en Normandie, lieu d’attraction et d’intérêt historique qu’un petit groupe de passionnés a décidé d’animer et de faire revivre (photo ci-dessous). Rebaptisé, pour l’occasion,  château_crevecoeur_histoire_medievale_visiteurs_moyen-ageArnaud « de passage », Arnaud Poivre d’Arvor investira les lieux, le temps de deux journées,  en se glissant dans la peau d’un paysan du XVe siècle.

L’ingénu et l’historien 

O_accent_lettrine_moyen_age_passion chers puristes amateurs, historiens affranchis, ou passionnés d’Histoire, à la recherche du détail pointu et peut-être même, de la qualité académique, ne voyez dans ce programme télévisuel qu’un divertissement et jugez-le, s’il vous est possible, sans élitisme, et pour ce qu’il est.

visiteur_histoire_medievale_arnaud_poivre_arvor_a_crevecoeurBien sûr, nous même aurions, sans doute, aimer voir un Arnaud Poivre d’Arvor moins innocent sur la période qu’il visite, pour qu’il aille plus loin dans la pertinence de ses questions et de son observation, mais tout le concept est là justement, qui consiste à opposer la « naïveté » de ce « visiteur de l’Histoire », au monde et à l’époque dans lesquels il se retrouve transporté. L’émission entend donc garder un ton léger et tirer partie de cette distance entre celui qui ne sait pas et l’univers auquel il se confronte. Elle se destine, à l’évidence, à une audience large et qui connait peu ces sujets, et entend aussi englober le public jeune dans ses visées; il s’agit donc, bien entendu, d’un positionnement voulu. Les réactions innocentes « face camera » de ce « Arnaud de passage », lui permettent, ainsi, de poser les questions que chacun pourrait se poser. Un peu moins d’innocence aurait, sans doute, permis de mieux creuser ce monde médiéval dans lequel ce programme nous invite et de mieux satisfaire notre curiosité insatiable pour le moyen-âge, mais il en visiteurs_histoire_medievale_documentaire_historique_moyen-age_passionfaut pour tous les goûts. Le double objectif du ludique et du divertissement est, en tout cas, atteint, puisque l’ensemble se révèle, à la fois, drôle et instructif. (ci-contre photo de Arnaud Poivre d’Arvor à la paille et à la charrette)

A la décharge de notre innocent visiteur, on s’attend peut-être, aussi, face au nom qu’il porte, à une filiation plus marquée d’un point de vue journalistique, mais il faut bien qu’il s’en démarque. Injustice de l’héritage qu’il faut porter, quelquefois, malgré soi, à brûle- pourpoint, sans doute, serions-nous tenter d’en exiger moins d’un parfait inconnu, mais comment l’en rendre comptable? Il joue ici au visiteur, découvreur de l’histoire, pas au journaliste averti. Pour juger ce programme sur les ambitions qu’il affiche – une émission « ludique et instructive » de divertissement et de sensibilisation sur des thèmes historiques -, il faut bien reconnaître que la drôlerie naît justement de cette ingénuité étonnée qu’Arnaud Poivre d’Arvor nous livre, autant dans ses gestes que dans ses questions, face aux choses qu’il découvre. Au fond, cette humilité et cette candeur nous le rendent aussi drôle et sympathique et on finit par passer un bon moment en sa compagnie (et celle de son chapeau).

serge_tigneres_visiteurs_histoire_medieval_moyen_age_passionDerrière l’émission, il faut encore rendre tribut à Serge Tignères, son auteur, par ailleurs journaliste, écrivain, réalisateur et Docteur en Histoire, pour les garanties  qu’il nous offre dans son approche des sujets et des contextes historiques. Si le visiteur de passage est innocent, les mondes dans lesquels ce passionné d’Histoire nous transporte sont approchés avec beaucoup de sérieux et très bien documentés.

Sur la pertinence historique

D_lettrine_moyen_age_passion‘un point de vue historique on pourra toujours ergoter sur certains menus détails, mais ce documentaire souligne, tout de même, certains points pertinents qui sont fidèles à ce que l’Histoire médiévale récente nous enseigne.

Fin de la guerre de Cent ans, dépopulation et émancipation relative des paysans

paysan_moyen_age_histoire_medievale_documentaireDurant cette période médiévale, une forme de dépopulation, née de la guerre de cent ans, est en train de changer la donne entre paysans et seigneurs. C’est un phénomène qui n’est pas du qu’à la guerre de cent ans mais qui a aussi émergé avec les épidémies de grande peste du XIVe siècles et les énormes ravages occasionnés sur les populations. D’après les données historiques actuelles, on  considère qu’entre le XIVe et le XVe siècles durant laquelle la peste sévit, entre trente et cinquante pour cent de la population aurait été décimée. Dans le siècle qui va de 1340 à 1440 seulement, on mentionne, dans certaines sources, une dépopulation de la France supérieure à 40%. Entre la guerre de cent ans et cette terrible pandémie, les morts sont donc nombreux et les bras se font rares. En position de force, les serfs et les vilains renégocient alors leur statut et commencent à s’émanciper, quand ils ne désertent pas simplement les domaines pour aller travailler chez le seigneur le plus offrant; il y a eu aussi, en effet, dans ce contexte, une forme de surenchère du côté des Seigneuries pour acquérir, à prix fort, cette main d’oeuvre qui faisait cruellement défaut. Comme l’aborde ce documentaire, ce déséquilibre de l’offre et de la demande sera favorable aux paysans de l’époque qui en profiteront pour tirer leurs épingles du jeu.

Les notions d’hygiène au moyen-âge réhabilitées

histoire_hygiene_medecine_medievale_moyen_age_passion
miniature du manuscrit « Dits de Watriquet de Couvin », début du XIVe siècle

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour avoir fait quelques recherches sur la question, je suis heureux de voir que la réhabilitation des notions d’hygiène, autant que l’importance du bain, sont présentes dans ce documentaire et à Crèvecoeur. Pour être très honnête, je ne sais pas à quel point les vilains et les serfs pouvaient bénéficier des étuves en se voyant, en plus, entourés de jolies damoiselles au temps du bain, et j’en aurais plutôt quelques doutes; que cela ait été réservé aux notables, aux gens d’armes ayant quelques pièces ou aux encore aux riches marchands me semble tout de même plus probable. Cela ne veut, bien sûr, pas dire qu’on ne se lavait pas dans les Campagnes. Les traités d’hygiène du moyen-âge sont, souvent, fortement appuyés et relayés par une médecine médiévale bien présente et qui rayonne depuis les universités de Montpellier, de Toulouse ou de Salerne depuis près de trois siècles au moment où nous transporte ce documentaire. Nul doute que via les médecins d’alors dont la profession s’émancipe de plus en plus, déjà dès le XIIIe, XIVe siècles, mais aussi via les moines, ces traités et cette conscience de l’importance de la propreté corporelle et de l’hygiène ont eu des incidences sur le comportement desjacquouille_la_fripouille_les_visiteurs_hygiene_medievale_moyen_age_passion populations au sens large. Plus personne n’en doute aujourd’hui et c’est encore une idée reçue sur le moyen-âge qu’il convient de revisiter, au risque de décevoir les fans de Jacquouille la Fripouille, celui des visiteurs, le film, celui de Jean-Marie Poiré avec Christian Clavier et Jean Réno, cette fois-ci. L’hygiène est bien présente au moyen-âge et on sait se laver.

Un moyen-âge profondément chrétien

moyen_age_chretien_sainte_mere_monde_medievalDurant le moyen-âge, la question de Dieu n’est pas posée et même la poésie satirique d’un Rutebeuf à l’égard des curés ou des moines mendiants ne questionne jamais l’existence de la Sainte Mère (Vierge Marie) ou du Christ (ci-contre oeuvre du début du XVe siècle, Gentile da Fabriano, Vierge à l’enfant, 1404). La religion est une évidence ancrée dans les pratiques et quand on questionne ou qu’on critique les religieux, ou même l’église, à cette époque, on le fait dans une perspective de croyant qui questionne la foi véritable et la motivation réelle de l’Institution au regard de Dieu. On questionne peu ou pas l’existence de Dieu lui-même. Cette dimension est parfaitement retraduite dans ces visiteurs de l’Histoire en 1450, au château de Crèvecoeur. Le moyen-âge est religieux et chrétien et  jusque le temps des cuissons du four banal s’y compte en prières.

Centralisme  du pouvoir royal de Droit Divin

T_lettrine_moyen_age_passionout au long du bas moyen-âge, le pouvoir fort et centralisé que Charlemagne avait conquis et mis en place, et que ses héritiers avaient ensuite perdus, des siècles auparavant, se restructurera graduellement autour du roi. Avec ce phénomène, la féodalité sera, peu à peu, en perte de vitesse et, avec elle, le pouvoir des seigneurs. On a vu les incidences de cela sur la construction des châteaux forts et cette tendance se confirmera au fil des siècles. Pour affirmer leur pouvoir, autant que pour assurer la cohésion du territoire et se prémunir d’alliances charles_VII_roi_de_france_monde_medieval_bas_moyen_ageintérieures douteuses contre leur propre couronne, nul doute que les rois eurent aussi  intérêt à diminuer le pouvoir de seigneurs. Ci-dessus, un portrait du roi Charles VII (1403-1461) qui était au pouvoir en 1450. Cette toile, signée de Jean Fouquet, date elle-même de 1445, soit seulement cinq ans avant la date supposée de notre documentaire.

Faire revivre le moyen-âge avec passion

moyen_age_reconstitutions_historique_chateau_crevecoeur_moyen-age_passion

A_lettrine_moyen_age_passionu château de Crèvecoeur et dans ces visiteurs de l’Histoire sur la fin du moyen-âge, on sent aussi que les gens du château déploient des efforts louables  et sérieux pour faire revivre, avec coeur, cette période du bas moyen-âge. Leur immersion est certaine et leur étonnement spontané face à certaines questions de leur innocent visiteur de passage – sur les cochons roses, sur la religion ou sur d’autres sujets -, le marque bien. Sur la question du jeu des « comédiens » et « acteurs » de ce château reconstitué. « Surjouent-ils par instant? » « Jouent-ils faux? » La civilisation de l’image nous a tous élevé dans un certain sens critique, mais il faut garder de l’indulgence envers les protagonistes de ce documentaire et la troupe qui anime le château de Crèvecoeur. Ce sont des passionnés d’histoire qui n’ont peut-être pas fait  Actor Studio mais qui réécrivent un peu d’histoire médiévale sans texte et avec festival_medievale_chateau_crevecoeur_moyen-age_passioncoeur. Par ailleurs, immergé en situation réelle, la perception est toujours différente de la distance que l’on peut prendre devant sa télévision ou un écran. J’ajoute pour le saluer au passage, que le personnage du maître paysan laboureur, autant que son implication dans son travail et son époque, sonnent très justes.

Réjouissances médiévales au château

documentaire_chateau_crevecoeur_animations_festival_medievale_reconstitution_moyen-age
La magie médiévale du Château Normand de Crèvecoeur

N_lettrine_moyen_age_passionous présenterons certainement le château de Crèvecoeur en Auge de manière plus détaillé et dans un autre article, mais nous voulons déjà donner, ici, quelques éléments sur ce joli lieu qui fait revivre le monde médiéval.

Il est ouvert une bonne partie de l’année et il s’y organise aussi des festivals, des animations, des fêtes, des reconstitutions historiques, et même des « médiévales » qui durent plusieurs jours. Alors, si vous souhaitez, le temps d’une journée, vous glisser vous aussi dans la peau d’un Arnaud de Passage pour aller y célébrer le moyen-âge, n’hésitez pas à visiter le site web du château de Crèvecoeur pour plus de détails.

Une excellente journée à tous!

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval et du moyen-âge sous toutes leurs formes.

La force de gens de coeur par le célèbre chevalier bayard

citations_medievales_chevalier_bayard_moyen_age_passion« Il n’y a point de place faible, là ou il y a des gens de cœur »

Citation médiévale du célèbre chevalier « sans peur et sans reproche », Pierre de Terrail de Bayard (1476 – 1524).

(ci-contre, détail de la statue du chevalier dauphinois, à Grenoble, Isère, XIXe siècle, sculpteur Raggi, 1823)

Tous à la Taverne avec la poésie médiévale goliardique et Carmina Burana

carmina_burana_goliards_poesie_humour_medievale_moyenagepassionSujet : poésie et chanson médiévales, humour médiéval, Goliards et poésie goliardique.
Période : moyen-âge central, XI au XIIIe siècle
Média : « in tabernum », tirée de Carmina Burana,
Compositeur :  Carl Orff
Interprètes : Artefactum

In tabernum, Carmina Burana de Carl Orff

Humour médiéval au sens propre

Q_lettrine_moyen_age_passionue les puristes et amateurs d’Histoire médiévale se réjouissent, aujourd’hui, en plus de parler de poésie, nous abordons l’humour médiéval sous une perspective historique. Jusque là, vous l’aviez compris, cette rubrique du site s’adressait plus à des façons modernes de rire du moyen-âge qu’à des commentaires éclairés sur l’humour médiéval d’époque. Cela ne changera d’ailleurs pas, dans cette rubrique, il sera bien toujours question de se divertir et de rire plus que de faire une sorte d’anthologie du rire médiéval, (qui, en réalité, serait surement nettement moins drôle comme le sont souvent les ouvrages qui parlent d’humour sans en faire). Nous allons donc continuer de maintenir cette partie du site dans son esprit original mais, une fois n’est pas coutume, nous dérogeons un peu à la règle, ici, pour parler de poésie satirique et d’humour médiéval « d’époque » donc.

troubadour_artefactum_musique_poesie_medievale_moyen-age_passionCet article a aussi sa place dans la rubrique musiques médiévales puisque nous postons ici un extrait de Carmina Burana par le groupe Artefactum (photo de droite): « cantate scénique du XXe siècle », me direz-vous! A quoi je répondrai: « certes!, » mais les paroles de cette cantate sont inspirées de poésies médiévales et goliardiques du XIIIe siècle, tirées justement du manuscrit du même nom, « Carmina Burana » découvert en 1803 à l’abbaye de Benediktbeuern, d’où sa légitime présence ici. (illustration en tête d’article, roue de la fortune, tiré de ce manuscrit)

Qui étaient les goliards?

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour la plupart, les Goliards étaient de jeunes clercs, insoumis, qui ne s’intégraient pas aux institutions, ou même des étudiants en théologie ou en droit ayant délaissé leurs brillantes études ou ne les ayant pas encore achevées. Dans le courant du XIIe et XIIIe siècle, ce terme a donc désigné ces jeunes gens qui avaient pris la route et vagabondaient, troquant leur pitance contre leurs services, leurs poésies, ou leurs enseignements. Insouciants et peu conformistes, ces clercs chantaient alors, en latin et avec humour, les joies de la taverne – vantant les jeux et la boisson que l’on y trouvait -, mais aussi les plaisirs de la chair, et raillaient encore les religieux ou taverne_medieval_humour_medieval_les_goliards_moyen-age_passiondétournaient les ouvrages sacrés pour s’en moquer. Se faisant, ils suscitèrent, d’ailleurs, les foudres de l’Eglise et des universités qui, dans le courant du XIIIe siècle, condamnèrent, à diverses reprises ces clercs « ribauds » (débauchés) pour leurs agissements. (à droite, une miniature flamande  de la fin du XVe siècle, scène de beuverie).

Goliards, littérature et poésie goliardique

L_lettrine_moyen_age_passiones Goliards nous ont laissé pour héritage des chansons et poésies satiriques et le nom d’un genre littéraire que l’on a regroupé sous l’appellation de poésie goliardique. Au sujet de leur influence littéraire, on va quelquefois jusqu’à leur prêter d’être à la genèse de la tradition satirique européenne ancienne et moderne (1) et on leur reconnaît souvent d’avoir eu une influence certaine sur l’art et la poésie de Rutebeuf et, plus tard, de Villon. Il faut noter qu’en dehors de ces clercs errants dont l’Histoire pour la plupart, n’a pas retenu les noms, d’autres auteurs jeu_taverne_humour_medieval_goliards_moyen-age_passioncélèbres s’étaient aussi essayés au genre dès le début du XIIe siècle (Abélard, Archipoeta de Cologne, Hugues d’Orléans, Gautier de Châtillon entre autres).

Les Goliards se sont-ils également inspirés de ces textes et de cette littérature, en la nourrissant à leur tour, de leurs créations? D’une certaine manière, nous sommes un peu face à la question de la poule et de l’oeuf; s’il est, en effet, facile de repérer l’influence de cette tradition satirique dans certains écrits et, par là, de savoir qui alimente cette littérature, affirmer qui en a allumé le feu ou peut en revendiquer la paternité est une autre paire de manches. Pour rester prudent, disons donc, pour l’instant, que l’ensemble de la poésie que l’on a nommé « goliardique » s’inscrit dans un corpus que ces jeunes clercs errants ont participé activement à alimenter, et en tout cas, suffisamment pour que la chose nommée dérive de l’appellation qu’on leur donnait.

(1) voir article de Pierre Heugas sur Persée  « Création et continuité : de la poésie à la prose, des Goliards à la modernité »

Confrérie organisée ou mouvement isolé?

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour rejoindre les réserves ci-dessus, en fait d’accorder à ces goliards d’être les grands inspirateurs d’une certaine tradition satirique, d’autres auteurs, ailleurs, s’accordent plus à voir en ces clercs miséreux et à demi mendiants, de simples groupes d’ivrognes suffisamment lettrés pour écrire le latin, quand ce ne sont pas que des adolescents encore rebelles et bientôt rangés. O vérité historique, combien ta quête est quelquefois difficile! Voilà encore un sujet qu’il faudra creuser, plus avant, pour le démêler un peu. humour_medieval_goliards_taverne_moyen-age_passion (ci-contre scène de beuverie dans une taverne médiévale, fin du XIVe, British Library, Londres)

Au titre des questions qui courent sur les goliards, en tant que mouvement social et humain, les opinions entre historiens restent également partagées. Allaient-ils en bandes itinérantes véritablement structurées, ou, même, comme le suggérait à la fin du XIXe siècle l’historien médiéviste Joseph Bédier (1864-1938), étaient-ils un groupe de pression puissant, organisé comme une confrérie ou une société secrète? Bien loin de ces affirmations, Daniel POIRION (1927-1996), un autre grand historien, spécialiste du moyen-âge, nous enjoint, là encore, à la prudence. Selon lui, les sources historiques ne nous permettent d’établir rien de certain sur la dimension sociale et humaine du mouvement des goliards, et il reste de l’avis qu’en l’absence de faits avérés, il vaut mieux plutôt s’intéresser à la tradition littéraire goliardique qui est, je le cite, « d’une grande violence satirique, mais aussi d’une belle puissance poétique ». (2) (ci-dessous taverne médiévale, manuscrit taverne_moyen-age_goliard_humour_medievalTacuinum sanitatis, Rhénanie, XVe, BNF)

Une fois de plus, il semble que le temps et l’absence de sources, ont, pour l’instant, emporté avec eux une bonne partie des secrets de ces Goliards, en nous laissant un peu sur notre faim les concernant. Fort heureusement, il nous reste, tout de même d’eux, quelques textes qui ont traversé les âges et qui témoignent d’un certain regard insoumis, satirique, humoristique et festif sur ce moyen-âge central dont ils étaient contemporains. De l’humour médiéval donc, du vrai et de l’irrévérencieux!

(2) voir l’article de Danier Poirion « Goliards » sur universalis.fr

L’inspiration goliardique de Carmina Burana

L_lettrine_moyen_age_passiona vidéo musicale, en tête de cet article et qui nous a fourni le prétexte à aborder la question des Goliards, est un extrait de la cantate Carmina Burana du compositeur allemand Carl Orff (1895-1982) (photo ci-dessous) interprété ici par l’excellent groupe, amateur de musique médiévale, ArteFactum . On doit à Carl Orff d’autres pièces que celle-ci, mais le succès populaire de cette cantate aura, d’une certaine manière, éclipsé le reste de son oeuvre auprès du grand public. D’ailleurs, Carmina Burana n’est qu’une partie d’un tryptique qui comprend deux autres pièces qui n’ont pas non plus rencontré, pour l’instant en tout cas, le même écho.carmina_burana_goliard_poesie_humour_medieval_moyen-age_passion Quoiqu’il en soit, la cantate Carmina Burana  reste, comme nous le disions plus haut, inspirée de poésies médiévales et goliardiques du XIIIe siècle et le texte « quand nous sommes à la taverne » dont nous vous livrons ci-dessous les paroles est, bien évidemment, issu de cette tradition.

« In taberna quando sumus », version latine

In taberna quando sumus,
non curamus quid sit humus,
sed ad ludum properamus,
cui semper insudamus.
quid agatur in taberna
ubi nummus est pincerna,
hoc est opus ut quaeratur;
si quid loquar, audiatur.

Quidam ludunt,
quidam bibunt,
quidam indiscrete vivunt.
sed in ludo qui morantur,
ex his quidam denudantur,
quidam ibi vestiuntur,
quidam saccis induuntur;
ibi nullus timet mortem,
sed pro Baccho mittunt sortem.

Primo pro nummata vini;
ex hac bibunt libertini;
semel bibunt pro captivis,
post haec bibunt ter pro vivis,
quater pro Christianis cunctis,
quinquies pro fidelibus defunctis,
sexies pro sororibus vanis,
septies pro militibus silvanis.
octies pro fratribus perversis,
nonies pro monachis dispersis,
decies pro navigantibus,
undecies pro discordantibus,
duodecies pro paenitentibus,
tredecies pro iter agentibus.

Tam pro papa quam pro rege
bibunt omnes sine lege.
Bibit hera, bibit herus,
bibit miles, bibit clerus,
bibit ille, bibit illa,
bibit servus cum ancilla,
bibit velox, bibit piger,
bibit albus, bibit niger,
bibit constans, bibit vagus,
bibit rudis, bibit magus,
Bibit pauper et aegrotus,
bibit exul et ignotus,
bibit puer, bibit canus,
bibit praesul et decanus,
bibit soror, bibit frater,
bibit anus, bibit mater,
bibit ista, bibit ille,
bibunt centum, bibunt mille.

Parum sescentae nummatae
durant cum immoderate
bibunt omnes sine meta,
quamvis bibant mente laeta;
sic nos rodunt omnes gentes,
et sic erimus egentes.
qui nos rodunt confundantur
et cum iustis non scribantur.

« Quand nous sommes à la taverne »
version français moderne

Quand nous sommes à la taverne
que nous importe de n’être que poussière ,
mais nous nous hâtons pour les jeux ,
qui nous mettent toujours en sueur
Ce qui se passe dans la taverne
où l’argent est le roi
ça vaut le coup de demander
et d’écouter ce que je dit.

Certains jouent , certains boivent ,
d’autres vivent sans pudeur
De ceux qui jouent ,
certains se retrouvent nus
certains sont rhabillés
d’autres sont mis à sac .
Personne ici ne craint la mort
mais ils misent le sort pour Bacchus .

Le premier est pour le tournée ,
puis les affranchis boivent ,
une autre fois pour les prisonniers ,
une troisième pour les vivants ,
une quatrième pour les Chrétiens ,
une cinquième pour les fidèles défunts ,
une sixième pour les sœurs légères ,
une septième pour la troupe en campagne .

Une huitième pour les frères pervertis ,
une neuvième pour les moines dispersés ,
une dixième pour ceux qui naviguent
une onzième pour les plaideurs ,
une douzième pour les pénitents ,
une treizième pour les voyageurs ,
une pour le pape une pour le roi
tous boivent sans loi .

La patronne boit , le patron boit ,
le soldat boit , le prêtre boit ,
celui-ci boit , celle-ci boit ,
l’esclave boit avec la servante ,
l’agile boit , le paresseux boit ,
le blanc boit , le noir boit ,
le pondéré boit , l’inconstant boit ,
le fou boit , le sage boit ,
Le pauvre et le malade boivent ,
l’exilé et l’étranger boivent ,
l’enfant boit , le vieux boit ,
l’évêque et le doyen boivent ,
la sœur boit , le frère boit ,
la vieille boit , la mère boit ,
celui-ci boit ,celui-là boit ,
cent boivent , mille boivent .

Six cent pièces filent
vite , quand , sans retenue
tous boivent sans fin .
Mais ils boivent l’esprit gai ,
ainsi nous sommes ceux que tous méprisent
et ainsi nous sommes sans le sou ,
Ceux qui nous critiquent iront au diable
et avec les justes ne seront pas comptés.

_________________________________________________________________________
Voilà pour aujourd’hui, mes amis, donc, cette fois-ci, une belle journée et si d’aventure cet article vous a donné grand soif, une bonne santé avec modération!

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la recherche du monde médiéval sous toutes ses formes.

Lectures audios : « la pauvreté Rutebeuf » en Vieux français et en Français moderne.

rutebeuf_trouvere_poete_auteur_medieval_pauvreteSujet : poésie médiévale, trouvère, poète, écrivain moyen-âge (XIIIe siècle).
Auteur : Rutebeuf (1230-1285),
Média : lectures audio, vidéos, fichiers sons.
Titre : « la pauvreté Rutebeuf », complainte du trouvère à l’attention du « bon » roi Louis (Saint-Louis, Louis IX).

La lecture audio de « La Pauvreté Rutebeuf »
dans le texte et en vieux français.

 

La lecture audio de « la Pauvreté Rutebeuf »
en Français Moderne

Bonjour à tous!

C_lettrine_moyen_age_passionomme vous l’avez compris au fil des semaines, nous explorons sur ce site web, le monde médiéval et d’histoire du moyen-âge sous toutes leurs formes. Dans ce cadre, moyenagepassion est aussi, pour nous, un laboratoire d’expérimentation, qu’il s’agisse d’écriture, de vidéos, d’images ou de sons, au gré de nos inspirations. En vérité, c’est de la forge répétée que l’on fait les meilleures épées et sans couler ses premières lames dans les flammes ou sans chercher de nouveaux alliages, nul artisan n’aurait jamais pu forger l’acier des meilleures armes. D’une certaine manière, c’est à cela que nous nous essayons mais quoiqu’il en soit, chers lecteurs de ces lignes, c’est toujours entre vos mains que nous remettons ces expériences médiévales, des plus sérieuses aux plus triviales, en fondant l’espoir que vous nous y suivrez avec intérêt, curiosité et surtout avec plaisir.

Des lectures audio de textes et poésies anciennes

Aujourd’hui, justement, nous ouvrons un nouveau chapitre dans nos explorations en nous aventurant sur le terrain des lectures. Ce n’est pas un exercice très habituel sur notre belle terre de France, de nos jours, et on les trouve sans doute plus répandues dans d’autres pays latins et, notamment, de langue espagnole. Et comme si la difficulté n’était pas déjà assez grande, nous avons décidé de nous essayer, aulouis_IX_saint_louis_complainte_de_rutebeuf_poete_medieval_moyen-age_passion delà du français moderne, à la lecture des langues médiévales, vieux français et autre langues d’oil, dans le texte, pour essayer d’en faire revivre la « musicalité ».

Dans le cadre de cette expérience, il nous a paru tout naturel de faire de Rutebeuf, grand trouvère et poète médiéval du XIIIe siècle, le premier invité de ces lectures audio. Nous n’avons, en effet, jamais caché notre admiration pour lui et nous espérons parvenir à lui rendre modestement tribut ou, à tout le moins, le faire un peu revivre ici. Nous prenons donc pour point de départ son entêtante complainte sur sa pauvreté qu’il adressait, alors, au bon roi Louis. (ci-dessus peinture: « Saint Louis, roi de France, et un page ». de Domenico THEOTOCOPOULOS, dit EL GRECO, fin du XVIe siècle, Musée du Louvre)

Pour permettre un double éclairage sur ce texte, nous l’avons gravé dans les deux langues et dans deux fichiers séparés. Vous pourrez éclairer de ce qui vous échappe entre le français moderne et le verbe original du poète. Pour la version textuelle des paroles dans les deux langues, je vous renvoie à notre précédent article  sur la complainte de Rutebeuf.

Vieux français, langue d’oil &  langues médiévales :
à propos de prononciation

I_lettrine_moyen_age_passion copial y a peu de traces concrètes de la prononciation du vieux français et des langues médiévales; le fait est qu’en dehors des quelques textes concernant ces aspects qui ont pu traverser le temps, peu de fichiers sons nous sont parvenus et youtube n’existait alors pas. Du côté des linguistes et des historiens, on s’entend donc sur quelques vérités et surtout sur une relative ignorance. Dit-on Roi ou Roé? Dit-on Saint Pou ou Saint Pau? Que faire encore des consonnes finales? Doit-on les rendre muettes comme nous le faisons, depuis, en français moderne? Et, encore, quid des dyphtongues ? Pire que tout, on sait qu’on s’autorise alors, dans la grande liberté de la licence poétique, à prononcer  une chose ou l’autre au gré des vers et de leurs rimes. Pourtant, dans cet espace d’hypothèses et desaint_louis_croisades_moyen-age_passion_histoire_medievale questions, nous voulions, tout de même essayer d’aller chercher ce que pouvait être la poésie médiévale dans le texte. (à droite, miniature du départ en croisade du roi Saint Louis)

Ais-je la prétention de la vérité dans mon interprétation? Non. bien évidemment, loin s’en faut! Je ne suis pas un spécialiste de ces questions linguistiques. Ces lectures audio sont le résultat d’une mélange entre, d’un côté, ce que j’ai pu lire sur la prononciation du vieux français, et de l’autre côté, mon bagage en langues latines. J’ai, dans ma besace, une bonne connaissance du français, de l’italien et de l’espagnol que je parle couramment,  à laquelle viennent s’ajouter quelques faibles restes de mes heures de latin même si, je le confesse, j’ai traversé celles-ci à la vitesse de jacques Brel et de son « rose, rose, rosam ». J’ai aussi des notions de catalan, ou tout au moins, de sa musicalité. Concernant cette dernière langue,  j’ai toujours été frappé de voir combien son écrit pouvait être proche du latin et de certains mots que l’on retrouve dans le vieux français. Pour certaines tournures que j’utilise ici, nul doute que le catalan me les aura inspirées. Bref, la lecture audio du texte original en vieux français est un peu le fruit de tout cela. Encore une fois, il n’y a là aucune prétention de la perfection mais simplement l’exercice de s’y essayer, en espérant ne pas tomber trop loin. Si vous êtes expert de moyenage_passion_contactez_nousces questions, n’hésitez pas à me contacter pour d’éventuels remarques, je les accueillerais à bras ouverts. Pour le reste et comme toujours, les commentaires ou les mails sont toujours les bienvenus.

Voilà je crois que tout est dit, j’espère que vous apprécierez.

En vous souhaitant une belle journée.

Amicalement.
Frédéric EFFE
pour moyenagepassion.com

« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publiliue Syrus  Ier s. av. J.-C

La vérité historique en images : Le message de paix du roi des tartares à Saint louis

LA VERITE HISTORIQUE EN IMAGES :
Le message de paix du roi des tartares a Saint louis

moyen-age_passion_histoire_medievale_lettres_saint_louis_de_joinville_kubilai_khanCliquez sur l’image pour l’ouvrir

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour ceux qui sont passés à côté, autant que pour les besoins de l’indexation, je reposte ici l’illustration que la lettre de l’empereur de Chine et roi tartare Kubilai Khan au roi de France Louix IX nous avait inspirée. Cette lettre ayant été retranscrite par Jean de Joinville, chroniqueur de Saint-Louis, dans le courant du XIIIe siècle, il était normal qu’il trouve aussi sa place, ici.

Catégorie : humour médiéval.
Période : moyen-âge central, XIIIe siècle

Tous droits réservés moyenagepassion.com,
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Documentaire médiéval : Kubilai Khan ou la destinée chinoise d’un roi mongol

kubilai_khan_roi_mongol_moyen-age_passion_monde_medievalSujet : Kubilai Khan (1214-1295), roi tartare, grand khan mongol, Empereur de chine (épelé quelquefois Kublaï ou Qubilaï Khan), et Marco Polo, explorateur & marchand vénitien (1254-1324).
Média : vidéo, documentaire médiéval
Période : XIIIe siècle, moyen-âge central

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, pour changer, nous vous proposons une incursion au coeur du monde médiéval dans sa riche histoire asiatique et extrême orientale. Dans notre article précédent, nous parlions de la lettre au roi Saint Louis, du roi de tartare, grand Khan mongol, petit-fils de Ghengis Khan, Kubilaï Khan.  Ce documentaire tombe donc bien à propos pour connaître un peu mieux la destinée et le Legs de ce personnage médiéval  qui, de nomade, devint empereur de Chine et fonda la Dynastie Yuan.

Kubilaï Khan, dans les yeux de Marco Polo

marco_polo_enluminure_histoire_medievale_moyen_age_passion« J’ai résolu de faire dans ce second livre la description de la pompe, de la magnificence, de la somptuosité de la puissance, des richesses et du gouvernement de l’empire de Koubilaï, empereur des Tartares, qui tient présentement le sceptre. Car il surpasse de beaucoup tous ses prédécesseurs en magnificence, et, dans l’étendue de son domaine, il a tellement reculé les limites de son empire qu’il tient presque tout l’Orient sous sa domination. »
Marco Polo (1254-1324), Le Livre des Merveilles, Livre II, »De la puissance et de la magnificence de Koublaï, très grand roi des Tartares ». (photo ci-dessus : enluminure du livre des merveilles 1307, BNF)

ghengis_khan_roi_mongole_statue_moyen-age_passion_monde_medieval
« La statue du papy », Ghengis Khan (1162 -1227), roi mongol, Oulan Bator, Mongolie

U_lettrine_moyen_age_passionne bonne partie des informations que nous avons sur Kubilai Khan nous vient des récits  de Marco Polo, ce célèbre marchand vénitien, qui, voyageant vers l’Asie, devint conseiller de cet empereur de Chine hors du commun. Ayant passé plus de dix-sept ans à la cour et aux services de Kubilai Khan, l’explorateur s’émerveille de la grande tolérance de l’empereur (et à travers lui de la dynastie mongole Yuan implantée en Chine), à l’égard de chaque croyance et chaque culture présentes dans la chine d’alors. Il semblerait aussi que ce très conquérant et ambitieux petit fils de Ghengis  Khan ait su s’entourer de gens aux origines les plus diverses pour asseoir son règne. Faut-il y voir une grande tolérance ou une subtile manière de se protéger dans une province finalement conquise en n’évitant de trop s’entourer d’autochtones vaincus, peut-être prompts à se retourner? La moyen_age_passion_marco_polo_kublai_khan_roi_mongol_enluminurequestion reste ouverte. (photo ci-contre: enluminure du Livre des     merveilles de Marco Polo,  XVe siècle, BNF)

Quoiqu’il en soit, le règne de Kubilaï Khan est souvent dépeint comme un règne de sagesse et de tolérance, et nos contemporains semblent souvent y lire, à travers les yeux de Marco Polo qui le servait, une certaine modernité, si ce n’est une sorte d’exemplarité, que traduit bien le ton de ce documentaire. Très entre nous, même si je ne veux préjuger du contraire, je me méfie assez de ce genre de rapprochements et je reste sur la réserve. Quelquefois, la tentation d’encenser ou de dénigrer les hommes du moyen-âge, au filtre de nos valeurs actuelles, nous font perdre un peu de vue les nuances. Il serait franchement intéressant de connaître la version chinoise de la même histoire pour s’en faire une idée juste. Hélas, mon mandarin et mon cantonnais sont à peu près aussi inexistants que les dromadaires  albinos le sont en Papouasie occidentale.

La dynastie Yuan du roi mongol et empereur de Chine Kubilai Khan
La dynastie Yuan du roi mongol et empereur de Chine Kubilai Khan

Le legs de la Dynastie Yuan de Kubilaï Khan

D_lettrine_moyen_age_passione manière factuelle, au moins, la dynastie mongole, devenue dynastie Yuan, aura assurément accompli de grandes choses, et Kubilaï Khan, en plus d’être un grand guerrier et un grand conquérant, s’est avéré être aussi un fin politique. Son règne, en terres étrangères et conquises, a tenu bon et l’unification de l’empire autour de cet homme favorisa fortement les échanges commerciaux et l’expansion économique de cette chine médiévale et de l’Asie. C’est notamment sous la dynastie Mongole Yuan que Pekin deviendra, pour la première fois, la capitale de l’ensemble de la Chine. Les Arts dont Kubilaï Khan se fera le grand protecteursculpture_dynastie_yuan_moyen-age_passion_monde_medieval connaîtront également un nouvel essor sous son règne (ci-contre Statue de bois, Dynastie Yuan, XIVe siècle, The Victoria and Albert Museum, Londres). Un peu plus d’un demi-siècle plus tard, la dynastie Yuan tombera au profit de la dynastie Ming.

Avant de conclure, il faut ajouter qu’à l’époque de Marco Polo, un certain nombre de débats a entouré la véracité de ses dires. Ces débats ont même perduré jusqu’à récemment et on allait même jusqu’à dire que l’ensemble de ses récits n’étaient que de seconde main: nul doute que les marchands du moyen-âge, dans leur grands périples, échangeaient entre eux ou avec leurs acheteurs, et réussissaient, ainsi, à glaner et de nombreux récits ou rumeurs. Il semble pourtant que le récit de Marco Polo ait, depuis, été rétabli dans ses grandes lignes et même si de nombreuses affirmations du marchand vénitien restent invérifiables, personne ne s’accorde plus à dire qu’il n’a fait qu’affabuler.

Une belle journée à tous où que vous vous trouviez en ce monde.

Frédéric EFFE
moyenagepassion.com

La lettre de Kubilai Khan à Saint Louis ou méfions-nous des citations!

kubalai_khan_roi_tartare_lettre_roi_saint_louis_moyen-age_passion«C’est une bonne chose que la paix ; car en terre de paix ceux qui vont à quatre pieds mangent l’herbe paisiblement ; et ceux qui vont à deux, labourent la terre [dont les biens viennent] paisiblement.»
Kubilai Khan (1215-1294), roi des Tartares, Grand Khan des Mongols, Lettre à Louis IX (vers 1260)

Attention citation médiévale piégée!

Bonjour à tous!

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoilà encore un petit article léger pour se détendre et appeler au sens critique; une autre façon de dire, finalement, méfions-nous des citations et de l’information toute mâchée.

Il y a quelque temps, au hasard de mes errances sur le web, je trouvais, en effet, cette citation que je reprends volontairement, en tête d’article. Je me disais: quel beau témoignage de paix fait par ce roi tartare et mongol, petit-fils de Ghengis Khan, dans cette missive à Saint Louis, en plein coeur du moyen-âge. La phrase était tirée de l’ouvrage « Œuvre de Jean, sire de Joinville » de 1867 de Natalis dejehan_de_joinville_chroniqueur_poete_ecrivain_historien_moyen-age_passion Wailly, traduction de textes du XIIIe siècle du célèbre chroniqueur, historien, poète, écrivain et Sénéchal de Champagne, Jehan de Joinville (1225-1317). Le journaliste ou l’historien qui la mentionnait ajoutait: « Les deux rois s’entendent pour manifester le même amour de la paix. Et c’est chose rare, à l’époque. » Bref, tout cela valait bien une recherche un peu plus poussée, en vue, peut-être, d’un article. (peinture ci-contre, Jehan de Joinville par  Blondel  Merry Joseph, XIXe siècle, salle des croisades, château de Versailles).

Insatiable curieux de nature, je décidais, avant toute chose, d’en savoir un peu plus et me mettais donc en quête d’information sur la question. Qui était ce roi mongol si pacifique? Quelle était donc cette lettre? La lecture de Joinville pouvait certainement m’en apprendre plus. Je finis ainsi par trouver le texte original de l’ouvrage cité et, pour être honnête, à l’heure où j’écris ces lignes, je suis encore en train d’en rire.

En effet, en fait de missive de paix, la belle citation de Kubilai Khan ressemble plutôt à une belle introduction avant racket, façon Soprano ou Corleone. Je vous laisse en juger par vous-même en découvrant ce que nous apprend la lecture complète de cette missive du roi tartare (mongol) au roi de France, Saint Louis, en réponse aux présents et messages que ce dernier lui avaient adressés. L’ombre du Attila de Kaamelott n’est pas très loin.

Traduction de Jean de Joinville par Natalis de Wailly (1867)

natalis_de_Wailly_jean_de_joinville_historien_medieval_moyen-age_passion« Avec les meffagers vinrent les leurs; & ils apportèrent au roi de France des lettres de leur grand roi* (*le roi tartare donc) qui étaient ainfi conçues : « 
C’eft une bonne chofe que la paix ; car en terre de paix, ceux qui vont à quatre pieds mangent l’herbe paifiblement; et ceux qui vont à deux labourent la terre (dont les biens viennent) paifiblement. Et nous te mandons cette chofe pour t’avertir : car tu ne peux avoir la paix fi tu ne l’as avec nous. Ca prêtre Jean fe leva contre nous, & tel roi & tel (& ils en nommaient beaucoup), & tous nous les avons paffés au fil de l’épée. Ainsi, nous te mandons que chaque année tu nous envoies affez de ton or & de ton argent pour que tu nous retiennes comme ami. & fi tu ne le fais, nous te détruirons toi & tes gens, ainfi que nous avons fait de ceux que nous avons ci-devant nommé. »
Et fachez que le faint roi fe repentirt fort d’y avoir envoyé. »

Source historique de la lettre de Saint Louis

jean_joinville_chronique_lettres_roi_saint_louis_kubilai_khan_moyen-age_passion

L’original de Jean de Joinville pour le plaisir de la langue

jehan_de_joinville_chroniqueur_poete_ecrivain_historien_medievale« Avec les meffages, le roy vindrent li leur & aportèrent lettres de leur grant roy* (*le roi tartare donc) au roy de France qui difoient ainfi: « Bonne chofe eft de pez, quar en terre de pez manguent cil vont à quatre piez, l’erbe pefiblement. Cil qui vont à deus labourent la terre dont les biens viennent paifiblement. Et cefte chofe te mandons-nous pour toy avifer; car tu ne peus avoir pez fe tu ne l’as à nous. Car preftre Jehan fe leva encontre nous, & tel roy & tel (& moult en nommoient), & tous les avons mis à l’efpée. Si te mandons que tu nous envoies tant de ton or et de ton argent chafcun an, que tu nous retieignes à amis. & fe tu ne le fais, nous deftruirons toy & ta gens auffi comme nous avons fait ceulz que nous avons devant nommez. » Et fachiez qu’il fe repenti fort quand yl y envoia. »

Toute la Vérité Historique en Images

Du coup, rétablir l’Histoire véritable de la lettre du grand roi tartare Kubilai Khan à Saint Louis valait bien une illustration et nous nous en sommes fendus sans plus attendre.

moyen-age_passion_histoire_medievale_lettres_saint_louis_de_joinville_kubilai_khanCliquez sur l’image pour l’ouvrir

Aller du coeur des textes vers les citations

J_lettrine_moyen_age_passionuste en quelques lignes pour conclure, il semble bien que le monde lise de moins en moins et cite de plus en plus. De mon côté, je me méfie toujours des citations, même si je m’y adonne, parce qu’on peut faire dire tout et n’importe quoi, à n’importe qui, quand on saucissonne un texte.

En général, en sciences humaines, qu’il s’agisse d’Histoire, d’Anthropologie ou de Sociologie, comme on devrait le faire aussi en journalisme, on lit d’abord l’ouvrage entier avant de lui faire référence et, quand on le cite, on extrait des passages significatifs de la pensée de l’auteur et qui abondent dans son sens. Il y a, bien sûr, toujours des historiens porteurs d’idéologies fortes qui vous feraient entrer n’importe quel auteur dans n’importe quel concept à coup de copier-coller douteux, mais c’est un procédé réputé malhonnête et qui ne tient jamais la distance. Je parle donc ici du chercheur honnête ou même de l’amateur éclairé qui conduit sa recherche de la vérité avec une certaine honnêteté.

Dans le cas présent et pour la source que nous aurons l’élégance de ne pas citer, je pense qu’il s’agissait surement plus d’une petite négligence à creuser, mais il faut avouer que le commentaire n’en est que plus désopilant, une fois qu’on connait l’ensemble de cette lettre à Saint Louis. A l’ère d’une certaine superficialité, on trouve aussi dans le genre, de nombreux repiquages faciles de contenus non vérifiés sur le web par des webmasters en mal de contenus ou d’imagination et qui ne cherchent que l’audience. Dans un autre registre, enfin, depuis que les réseaux sociaux existent, on n’a jamais autant prêté à des personnages célèbres comme Albert Einstein ou Bouddha des tas de choses qu’ils n’ont, en réalité, jamais dites ou écrites. 

D’une certaine manière, tombé, par hasard, sur cette citation, il y a quelques temps, aura été une illustration éclatante de ce propos. Il n’y a pas à en douter, c’est toujours un saint réflexe que d’aller chercher l’information au coeur des textes avant d’en utiliser des parties extraites sans les connaître.

En vous souhaitant une belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com

A la découverte du moyen-âge et du monde médiéval sous toutes ses formes, et toujours avec passion.

Kaamelott la légende du roi Arthur par Alexandre Astier, l’auteur qui rend intelligent

kaamelott_alexandre_astier_legende_medievale_roi_arthur_moyen_age_passionSujet : Kaamelott, La légende du Roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde
Période : haut moyen-âge, médiéval fantastique
Format : vidéo, série télévisée « culte »
Auteur/ Réalisateur : Alexandre Astier
Date de sortie : de 2005 à 2010
Production : CALT & Alexandre Astier
Diffusion : M6

LA LEGENDE DU ROI ARTHUR REVISITEE

kaamelott_guethenoc_legende_medievale_arthur_alexandre_astier« Je lui rembourse mes genoux et s’il a filé la vérole à mes bêtes… j’suis un marteau moi, je crame tout, moi, sa ferme, ma ferme, celles des autres, le château, j’fait flamber le moitié de la Bretagne. »
Guethenoc, (Serge Papagalli ) Kaamelott.

K_lettrine_moyen_age_passionaamelott est une série télévisée culte du talentueux auteur, acteur, réalisateur Alexandre ASTIER. Elle mérite assurément un peu plus qu’une simple citation ou qu’un simple article, mais il faut bien commencer par quelque chose.

Avec Kaamelott, la France, transportée dans le haut moyen-âge, découvrait  la légende du roi Arthur et de ses chevaliers de la table ronde sous un nouvel éclairage, et avec elle, une écriture, une famille et une troupe d’acteurs. Et c’est sans nul doute une des grandes forces de cette série, qui a désormais échappé  à son média pour devenir une oeuvre à part entière, que d’être portée par un auteurkaameloot_serie_culte_legendes_arthur_moyen-age_passion qui est aussi un acteur et qui s’inscrit dans une vraie troupe et une vraie famille. Père, frère, mère et belle mère, amis de longue date et beaux acteurs, il y a du coeur, de la sensibilité, et au final, une vraie complicité autant que de la jubilation dans le jeu de tout ce petit monde et l’on s’attache autant à l’excellent texte et à l’humour qu’à la troupe qui entoure Alexandre Astier et se met à son service.

LE RESUME DES LIVRES & DES SAISONS

L_lettrine_moyen_age_passiona trame de la série Kaamelott est celle de la légende d’Arthur et l’oeuvre se décline en livres aux tons et aux formats changeants, au fil de l’Histoire et des exigences de son conteur pour mieux la servir.

En voici un résumé « relativement » court, compte tenu du fait que nous parlons de près de 30 heures de visionnage. Pour ceux qui n’ont pas vu la série, sachez que vous trouverez forcément quelques « spoils », aussi si vous êtes de ceux qui préfèrent ne rien savoir et découvrir par eux-même, nous vous proposons un petit trailer en forme de mise en bouche. Pour le reste, vous pouvez avancer dans la confiance, avec Kaamelott, nous nous situons danskaamelott_legende_arthur_Globes_de_cristal_2006 l’excellence tant dans l’écriture, l’humour et le récit, que dans le jeu de ses acteurs. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que la série a été saluée et récompensée par deux prix. (Globe de cristal 2006 et prix du Festival de Luchon 2006)

___________________________________________________________________________

kaamelott_dvd_serie_culte_legende_arthur_alexandre_astier_moyen_age_passionKAAMELOTT:  SAISONS/LIVRES I à III
LA SAINTE QUETE DU GRAAL ET LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE

Format court : 7 minutes
Contenu : 100 épisodes par saison, soit 300 au total.

karadoc_kaamelott_legende_medievale_roi_arthur_genial_alexandre_astier
« Le gras, c’est la vie »

Karadoc, (Jean-Christophe Hembert)
Chevalier de la table ronde, Kaamelott.

D_lettrine_moyen_age_passione bonne volonté, tolérant et ouvert, l’Arthur d’Alexandre ASTIER est un roi résolument moderne. Quand la série débute, il a déjà libéré l’épée Excalibur de son rocher et a construit Kaamelott. Principalement entouré d’incapables, des chevaliers jusqu’à Merlin en passant par le moindre serviteur du château de Kaamelott, il lui faudra maintenant asseoir son autorité, ancrer la paix dame_du_lac_kaamelott_serie_medieval_culte_legende_roi_arthur entre les différentes tribus du Royaume de Logres  et lancer la sainte quête du Graal. Il sera « assisté » dans sa tâche (même si le mot est fort), par Merlin l’enchanteur (Jacques Chambon à l’écran) et par une messagère des Dieux, la dame du Lac connue encore sous le nom de fée Viviane (incarnée dans la série par Audrey Fleurot, photo ci contre).

Pris dans un mariage politique arrangé avec la reine Guenièvre, Arthur devra aussi jouer de patience pour supporter les vicissitudes de la vie quotidienne, au milieu de sa belle famille qu’il héberge au château de Kaamelott, famille dont Léodagan (Lionel Astier) son beau père autoritaire et chicaneur, roi de Carmélide, n’est pas le moindre trublion, même si Dame Seli (Joelle Sevilla), la belle-mère, n’a pas grand chose lui envier (photo ci dessous:  Léodagan et Dame Seli). 

leodagan_dame_seli_legende_medievale_arthur_kaamelott_moyen-age_passionAu niveau politique, même si la libération de l’épée magique Excalibur de la pierre a calmé tout le monde sur la légitimité de ce Roi celte, revenu éduqué de Rome, Arthur doit encore composer avec une certaine barbarie dans les coutumes et les moeurs, encore à l’oeuvre dans le royaume de Logres, autant qu’avec des invasions barbares de tout poil – Saxons, Huns ou Burgondes – venus piller le royaume et le mettre en péril. Dans cette opposition et ce contraste deroi_burgonde_kaamelott_legende_arthurienne_moyen_age_passion cultures (surréalistes et « non-sensiques »), notre bon Arthur ne se démontera pourtant pas et s’avérera toujours habile à manoeuvrer. (photo ci-contre, l’hallucinant roi burgonde, campé à l’écran par l’excellent Guillaume Briat).

___________________________________________________________________________RIRE SAINEMENT, SANS CYNISME ET SANS MEPRIS

bohort_nicola_gabion_kaamelott_legende_medieval_arthurienne_moyen_age_passion« J’irai me coucher quand vous m’aurez juré qu’il n’y a pas dans cette forêt d’animal plus dangereux que le lapin adulte ! »
Bohort, (Nicolas Gabion), Chevalier, Kaamelott.

G_lettrine_moyen_age_passionrâce à l’ensemble des personnages entourant Arthur, nous aurons, quant à nous, l’occasion de toucher du doigt et de nous gausser des innombrables formes que peuvent prendre l’incompétence et le manque de vivacité d’esprit, ce que Michel Audiard aurait sûrement pu perceval_karadoc_kaamelott_legendes_arthurienne_moyen_age_passionappeler en son temps, « les mille et une forme de la c….rie ». Qu’on ne se trompe pas pourtant, il n’y a jamais de mépris chez Alexandre Astier et dans son écriture, pas plus que dans le regard du roi Arthur qu’il incarne à l’écran.(photo ci-dessus les mythiques « chevaliers » Perceval,  Franck Pitiot, et Karadoc – Jean Christophe Imbert). S’il sait ses gens faillibles et s’étonne,  avec nous, de leur niveau de compréhension générale autant que de leur lenteur d’esprit, il leur voue, pourtant, toujours une certaine tendresse et fait montre, à leur endroit, de trésors de patience et de tolérance. Et comme il y a dans le regard de cet auteur du kaameloot_yvain_gauvin_chevalier_legende_medievale_roi_arthurcoeur, de l’humanisme et jamais de cynisme, on rit toujours sainement dans Kaamelott. D’ailleurs, l’auteur a dédié cette oeuvre à Louis de Funés, ce merveilleux génie comique à qui l’on pardonnait tout et que l’on aimait jusque dans ses pires méchancetés scéniques, parce qu’il restait profondément humain. (photo de gauche, ci-dessus, les « chevaliers » Yvain,  Simon Astier,  et Gauvain, Aurélien Portehaut)
___________________________________________________________________________

kaamelott_dvd_serie_culte_legende_arthur_alexandre_astier_passion_moyen_ageKAAMELOTT SAISON/LIVRE IV
DE L’AMOUR COURTOIS A LA TRAHISON

Format court : 7 minutes
Contenu : 100 épisodes

Merlin_enchanteur_kaamelott_serie_culte_roi_arthur_moyen-age_passion« Invoquer une meute de loups ? Moi je veux bien, mais je vous préviens : s’ils se retournent contre nous pour nous bouffer les miches, vous viendrez pas pleurer ! »
Merlin (Jacques Chambon), Enchanteur officiel de Kaamelott

lancelot_du_lac_legende_medievale_arthur_kaamelott_alexandre_astierL_lettrine_moyen_age_passione format reste le même mais le ton change déjà légèrement, car il faut maintenant compter avec la séparation du roi Arthur du chevalier Lancelot (photo ci-contre, incarné par Thomas Cousseau), qui lui était resté fidèle jusque là. Ce dernier, exaspéré par l’incompétence qui entoure le roi autant que par ce qu’il considère comme un manque d’autorité de la part du souverain, a, en effet, décidé de reprendre seul sa quête et de déserter la table ronde. Viendra s’ajouter bientôt à cela, la révélation de l’aventure amoureuse de Lancelot et Guenièvre, sortie des formes de l’amour courtois pour se reine_guenievre_kaamelott_legende_medievale_arthur_moyen-age_passionconsumer au grand jour, au risque de consumer avec elle, le royaume de Logres et l’autorité d’Arthur sur ses terres. L’affaire des deux amants avait commencé à se faire sentir de manière larvée dans les livres précédents, mais la prise d’Arthur pour maîtresse de Dame Mevanwi, l’épouse d’un de ses chevaliers,  aura accéléré les choses. Au grand dam des gens qui entoure le roi, plus qu’à celui d’Arthur lui-même, la reine Guenièvre s’en ira donc vivre avec Lancelot et découvrira, au passage, la différence entre le statut de souveraine officielle et celui de maîtresse d’un chevalier errant, vivant dans la forêt (photo de gauche, Guenièvre incarnée à l’écran par la très drôle Anne Girouard).

roi_loth_dagonet_kaamelott_legendes_medievales_arthuriennes_moyen-age

Tout autour, à la faveur de ces dissensions et de la passivité du roi, les complots se fomenteront pour changer la donne au royaume de Logres et les traîtres avanceront, bientôt, à visage découvert (photo ci-dessus, à droite le Roi Loth – François Rollin, à gauche Dagonet Antoine de Caunes et Galessin – Alexis Hénon). A la table ronde même, les intentions séparatistes se feront connaître auxquelles Arthur, dans sa mansuétude autant quekaamelott_serie_culte_legende_arthur_moyen-age_dame_mevanwi son indifférence, ne résistera pas. Ne faisant plus l’effort de retenir personne et rendant à chacun un libre arbitre qu’il ne leur aura finalement jamais confisqué, il ira même jusqu’à encourager certains départs, laissant aller à vau-l’eau tout ce qu’il avait tenté de construire jusque là. Et jusqu’aux Dieux, alors, sembleront se détourner du grand roi. (photo ci contre, Dame Mevanwi, incarnée dans Kaamelott par Caroline Ferrus)

___________________________________________________________________________

dvd_kaamelott_serie_culte_legende_arthur_alexandre_astier_moyen_age_passionKAAMELOTT SAISON/LIVRE V
LES ERRANCES D’ARTHUR & LA FOLIE DE LANCELOT

Format  : 52 minutes
Contenu :  8 épisodes

leodagan_kaamelott_legende_medievale_roi_arthur_moyen-age_passion« Alors, si vous êtes plus à l’aise avec les notions concrètes, je peux vous proposer mon pied dans les noix… »
Léodagan de Carmélide (Lionel Astier)  au roi Loth.

C_lettrine_moyen_age_passionhangement de ton, changement de format, même si les choses semblent reprendre leur cours normal, les fractures sont encore ouvertes et les plaies ne sont pas soignées. Arthur s’est rangé à l’avis de tous, allant reprendre la reine Guenièvre et laissant sa maîtresse retourner vers son chevalier, mais les affres de la déprime et du découragement gagnent le roi. La quête du Graal n’a pas aboutikaamelott_lancelot_alexandre_astier_legende_arthur_serie_tele_moyen-age et il subit encore la douleur de la perte de Lancelot, ami cher et chevalier, auquel il ne se résout pas à en vouloir, malgré sa trahison; On dit, de surcroît le chevalier disparu, devenu à demi fou et peut-être même mort. Autour de Kaamelott, de nouveaux clans se sont formés, jusqu’aux plus fantaisistes, et Arthur, lui même a déserté la table ronde. Comment gouverner sans un roi? Voila les conseillers et les proches réalisant le vide laissé par celui dont on critiquait tant l’apparente inaction et la trop grande modernité et qu’on n’arrive pourtant pas à remplacer.

kaamelott_meneagant_alexandre_astier_legende_arthur_serie_tele_moyen-ageDe son côté, empreint d’empathie et fin psychologue avant l’heure, Arthur ne s’en prend qu’à lui-même et porte sur ses seules épaules en bon roi digne et conscient, tout l’échec de son règne et de ses quêtes, au point de se laisser dériver, allant jusqu’à flirter avec les noirs rivages de la mort. Pendant ce temps, devenu ermite, Lancelot, muré dans sa colère et ses rancoeurs, suivra, bientôt, comme une ombre, un mystérieux homme en noir, le sombre Méléagant, bien décidé à lui faire retrouver la gloire et le pouvoir. Mais quel prix de sang et de larmes le chevalier du Lac devra-t’il payer  pour les reconquérir? Y est-il prêt? (photo ci-contre  Méléagant, et l’excellent  Carlo Brandt)

Ce livre est merveilleux, autant par son changement de tempo et de ton que par la profondeur de son intrigue, et c’est en virtuose du rythme et de l’écriture musicale et littéraire* que l’auteur le conduit.  La question de l’identité du héros y est posée, plus que dans aucun autre opus, et c’est d’ailleurs ce qui guidera Arthur tout au long de ce livre, puisqu’il ira chercher, dans une  quête solitaire, à la fois ses origines et sa possible descendance. kaamelott_alexandre_astier_legende_arthur_serie_culte_moyen-ageQui est-il? Pourquoi n’a-t’il pas infanté? Peut-il faillir et s’autoriser la chute? Doit-il libérer l’épée de la pierre après l’y avoir replantée à nouveau, comme sa mère le lui a conseillé? Lui faut-il renoncer au royaume de Logres et au delà de tout cela, peut-être à la vie même?
* Rappelons qu’Alexandre Astier est également musicien-compositeur et qu’on lui doit aussi toutes les musiques de la série Kaamelott.

___________________________________________________________________________

dvd_kaamelott_serie_culte_legende_arthur_chevalier__moyen_age_passion
KAAMELOTT SAISON/LIVRE  VI
ARTHUR A ROME, L’ENFANCE D’UN ROI

Format  : 40 minutes
Contenu : 9 épisodes 


cesar_kaamelott_serie_culte_legende_medieval_arthur_moyen-age_passion« Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu’ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c’est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles. »
César (Pierre Mondy), Empereur des Gaules, à Arthur, Kaamelott.

A_lettrine_moyen_age_passionvant d’entrer dans la suite de la légende, l’auteur décide ici de nous ramener en arrière dans le temps, pour mieux éclairer le départ de son oeuvre et le personnage complexe d’Arthur. Nous  le suivrons donc, cette fois-ci, à Rome pour partager des épisodes marquants de l’adolescence du bon roi et son éducation romaine. Nous y croiserons un Pierre Mondy Césarisé et kaamelot_legende_medievale_arthur_alexandre_astier_auteur_moyen-agemerveilleux, Général blasé vieillissant qui verra en Arthur le grand homme que la légende l’appellera, bientôt, à devenir. Nous y rencontrerons encore le génial Merlin, étonné de voir combien « la majesté de chaque monument de Rome le dispute à la magnificence » et un coin du voile sera également levé sur le recrutement des chevaliers de la table ronde. (photo ci-dessous, les couloirs complexes et tortueux de la politique romaine, Patrick Chesnais et François Levantal)

kaamelott_legendes_arthuriennes_moyen-age_passion_serie_culteFilmé a Cinecitta avec une pléthore de grands acteurs, ce livre nous conduit encore dans une changement de rythme et de format. Pour ceux qui ont compris que dans la liberté d’Alexandre Astier, se niche toujours un pari sur notre intelligence, ce nouvel opus est franchement jubilatoire. A travers ces nouveaux épisodes, il nous surprendra encore et nous régalera de belles heures d’aventure en compagnie de son Arthur, avec du rire toujours intelligent.

___________________________________________________________________________

COMMENT SE PROCURER  KAAMELOTT?

A_lettrine_moyen_age_passion l’ère du DVD, ceux qui, à l’époque de sa sortie télévisuelle, ne purent accrocher sur le format court et quotidien de cette série ont, heureusement le bonheur et la joie de pouvoir l’acquérir d’un seul coup sous forme de coffrets. C’est comme ça que je l’ai moi-même découverte, en m’affranchissant ainsi de l’attente quotidienne pour la voir (et la revoir) de manière plus continue et tout à loisir. Franchement, n’hésitez pas, Kaamelott se regarde et se re-regarde et de nombreux amis et connaissances qui sont tombés dedans ne s’en sont toujours pas lassés.

-> Acquérir l’intégrale de Kaamelott en DVD

Tous les coffrets DVDs sont en promotion depuis quelque temps, c’est  l’occasion d’en profiter.

 

___________________________________________________________________________

LA SUITE OU LES SUITES DE KAAMELOTT?


kaamelott_perceval_le_gallois_legende_arthur_moyen-age_passion« Si Joseph d’Arimathie a pas été trop con, vous pouvez être sûr que le Graal, c’est un bocal à anchois. »
Perceval le Gallois, Chevalier, Kaamelott

 O_lettrine_moyen_age_passionsolitude et désespérance du « fan »!  Il a revu déjà cinq à six fois tout ce qui est déjà sorti et il attend, transi, que l’auteur le régale d’un mouvement de plus.  Combien de fois encore, telle la goutte d’eau sourd, inexorablement sur la pierre, a-t’il  harcelé l’auteur de ses questions sur la suite? Impatience flatteuse et usante, ô Alexandre! soit salué pour ta magnanimité à chaque fois que te revient la sempiternelle ritournelle de l’amateur inquiet!

kaameloot_roi_arthur_alexandre_astier_moyen-age_passion

Pourtant, la suite est en marche, nous le savons, et les complications juridiques rencontrées par Alexandre Astier pour libérer son oeuvre de l’ornière de ses premiers contrats semblent enfin se décanter. Ne pas avoir voulu y sacrifier est encore un signe de sa grande liberté car il l’a dit et répété, le temps étant passé depuis les premiers épisodes, si les conditions des premiers accords le limitaient, pour la suite, dans ses moyens comme dans ses mouvements, alors de suite il n’y aurait point.

D_lettrine_moyen_age_passionans les méandres des pourparlers et depuis décembre 2015, il semble pourtant bien que les accords se fassent jour. Alors, si tout va bien, oui, il y aura une suite, oui il y aura des longs métrages et vraisemblablement une trilogie cinématographique Kaamelott qui contera le retour d’un nouvel Arthur dans son royaume. Concernant un retour télévisuel sur M6 sous forme d’une série appelée « Kaamelott résistance » qui conterait la période trouble durant laquelle Lancelot, ayant hérité du pouvoir au royaume de Logres de la main même d’Arthur, y régnera d’une main ferme et dictatoriale, pour l’instant, la situation semble gelé. Cela se transformera-t’il en film d’animation, en long métrage, en bandes dessinés, ou pourquoi pas en symphonie? En vérité, avec Alexandre Astier, tout reste possible tant son écriture est souple et protéiforme et tant il lui plait de suivre ses muses pour nous amener,  à sa suite, dans des endroits toujours inattendus.

___________________________________________________________________________

LA LIBERTE D’UN AUTEUR VERITABLE 


alexandre_astier_auteur_monde_medieval_legende_arthur_moyen-age_passion
 « Je ne veux pas satisfaire les fans de Kaamelott, je veux les surprendre »

Alexandre Astier, Auteur-réalisateur de Kaamelott 


C_lettrine_moyen_age_passion
‘est une des particularités uniques de Kaamelott qu’Alexandre ASTIER se comporte en auteur et se met entièrement au service de la légende d’Arthur. Il a un vrai regard sur l’oeuvre médiévale et une grande liberté par rapport à elle, mais il en suit la trame de manière implacable. Et, c’est sans doute là la différence entre l’auteur véritable et le comique troupier, le changement de ton ne lui fait jamais peur, pas plus que la tentation de tomber dans le stéréotype ne l’affecte. Et là où d’aucun ne prendrait aucun risque, de peur de semer leur public en route, misant ainsi sur le confort, il prend, lui, tous les risques et c’est une élégance qu’il nous fait de nous prêter l’intelligence que la médiamétrie nous a, semble-t’il, depuis longtemps confisqué.

Sans savoir si tout cela a été le fruit d’un passage en force avec la chaîne et sans en préjuger,  il faut quoiqu’il en soit reconnaître à M6 d’avoir su suivre l’auteur et de lui avoir fait confiance en prenant avec lui ce risque qui, au final, s’est avéré largement payant. Comprenons nous bien, nous n’avons, quant à nous, aucun doute sur l’intelligence du public, mais d’une certaine manière, le succès de Kaamelott et son audacieuse écriture est une pied de nez à cette idée nauséabonde que l’on ne fait que servir au public ce qu’il demande et que c’est finalement lui qui tire toujours vers le bas la qualité télévisuelle des programmes et leur ambition.  Kaamelott nous montre que le public est subtil et intelligent, et la télé, même, en ressort grandit. Puisse-t’elle en tirer les leçons.

auteur_andre_malraux_art_veritable_legende_arthurienne« L’art, c’est le plus court chemin de l’homme à l’homme. »
André Malraux

Pour revenir à Alexandre Astier, il faut juger de l’évolution de l’écriture de Kaamelott comme de ses spectacles sur Bach (« que ma joie demeure ») ou sur la vie extra-terrestre (« l’exo conférence »), c’est un auteur talentueux qui nous demande de lui faire confiance et de le suivre, dans le drame comme dans l’humour, et refuse d’être attendu. C’est une liberté merveilleuse mais c’est aussi, encore une fois, la marque d’un grand auteur qui ne sacrifie pas son oeuvre à une vision réductrice et convenue de son public. Cela s’appelle aussi un vrai artiste. Aussi, merci mille fois encore à lui et son sens de l’Art, pour nous rendre cette intelligence et d’échapper ainsi totalement au schéma convenu. Etre un auteur libre ou ne pas être du tout, Alexandre Astier a choisi. Et comme les oeuvres brillamment écrites sur les légendes deviennent, à leur tour, intemporelles, après la version de la légende Arthurienne de Chrétien de Troyes, et d’autres grands noms qui s’y sont essayés, l’Histoire devra aussi compter avec sa relecture et ré-écriture par Alexandre Astier.

___________________________________________________________________________

Merci de votre lecture. j’ai conscience de la longueur de cet article mais d’aucuns ont consacré des sites entiers à Kaamelott, lui dédier un long article était bien le moins que nous puissions faire pour le servir.

Une excellente journée à tous.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com

« L’ardente passion, que nul frein ne retient, poursuit ce qu’elle veut et non ce qui convient. » Publiliue Syrus  Ier s. av. J.-C