Archives par mot-clé : ensemble

Plus bele que flor : une chanson médiévale courtoise du chansonnier de Montpellier

trouveres_troubadours_musique_poesie_medievale_musique_ancienneSujet :   chanson médiévale, amour courtois, vieux-français, langue d’oïl,  musique médiévale, manuscrit ancien,  chansonnier de Montpellier,    motets,    chants polyphoniques
Période :    XIIIe siècle, moyen-âge central
Titre :   
Plus bele que flor     Auteur :  anonyme
Interprète :   Ensemble Venance Fortunat
Album :   
Trouvères à la cour de Champagne (1996)

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous retrouvons,  ici, le moyen-âge des trouvères  du nord de la France médiévale avec le Chansonnier de Montpellier et ses motets. A l’image des autres pièces  de ce manuscrit, présentées jusque là, la chanson du jour est encore empreinte de lyrique courtoise ; on verra qu’elle ouvre aussi  sur une partie dédiée plus directement au  culte marial  et on pourra ainsi noter à quel point les formes de l’amour courtois ont pu être transposée au sentiment religieux envers la Sainte mère par  certains auteurs médiévaux (voir Retrowange novelle de Jacques de Cambrai).

Pour découvrir ce motet, nous serons en compagnie d’une belle formation médiévale française :  l’Ensemble   Venance Fortunat sous la direction de Anne-Marie Deschamps. Nous en profiterons pour  dire un mot de son legs et de sa longue carrière.

« Quant revient et fuelle et flor » par    l’Ensemble Venance Fortunat

l’Ensemble Venance Fortunat

anne-marie-deschamps-ensemble-medieval-venance-fortunat-chants-polyphonique-musiques-sacres-moyen-ageC’est autour de l’année 1975 que la directrice Anne-Marie Deschamps fonda l’Ensemble Venance Fortunat.  Quelques années plus tard, en 1980 le premier album de la formation voyait le jour en collaboration avec le Centre de Recherches Musicales du Couvent Royal de l’Abbaye aux Dames.  Ce premier  opus allait porter sur le Mystère de la résurrection et les chants  latins primitifs monodiques et polyphoniques.  Il allait donner le  La d’une longue carrière consacrée aux musiques anciennes et à leur restitution.

Ainsi, de 1980 à 2003, guidée par la passion de sa directrice pour le répertoire médiéval en général et les chants grégoriens en particulier, l’Ensemble Venance Fortunat produisit plus de vingt albums. Avec l’appui des manuscrits anciens, mais aussi l’intervention de compositeurs plus contemporains, la grande majorité  de ses productions   partit à la conquête des chants liturgiques polyphoniques, de la fin du haut-moyen-âge au cœur du moyen-âge central.   L’album du jour se situe, quant à lui, sur des rives plus « profanes » du répertoire de la formation, puisqu’il fait un tribut plus  marqué à la lyrique courtoise et à la fin’ amor.

Trouvères à la cour de Champagne, l’album

Sorti en 1996,  Trouvères à la cour de Champagne contient 19 pièces d’auteurs médiévaux, dont la majeure partie sont passés à la prestigieuse cour de Champagne, entre la fin du XIIe  et le XIIIe siècle. Certains sont de la génération de Thibaut de Champagne, d’autres de la génération précédente.

musique-medievale-trouveres-champagne--ensemble-venance-fortunat-chansonnier-montpeliier-moyen-ageAu titre des trouvères représentés, on retrouve des pièces d’anthologie  de Gace Brulé, Conon de Béthune, ou même encore la chanson D’amors qui  m’a Tolu à moi de Chrétien de Troyes.   Difficile d’évoquer la cour de Champagne sans ménager une belle place à Thibaut de Champagne. Avec trois de ses compositions, il est fait largement justice à son talent dans cet album. Citons encore la présence de   Guiot de Provins, Gautier de Coincy, Raoul de Soissons, et , pour finir,  celle de  motets ou autres chansons   de  la même période. Demeurés anonymes, comme la pièce du jour,  ces derniers sont tirés du Chansonnier de Montpellier et du Roman de Fauvel.

Musiciens & chanteurs :  Catherine Ravenne (alto), Dominique Thibaudat (soprano),  Gabriel Lacascade (bariton), Bruno Renhold (tenor), Philippe Desandré (basse), Guylaine Petit (harpe)

  On peut encore trouver ce bel album  sur quelques sites  de vente en ligne. Voici un lien utile pour plus d’information à ce sujet :   Trouvères à la cour de Champagne [Import anglais]

Plus bele que flor   :    un    chant courtois
du moyen-âge central en langue d’oïl

Concernant la langue de cette chanson médiévale, trouvère oblige, elle  est en vieux français d’oïl.   Nous vous donnerons ici des éléments de traduction pour l’éclairer. Dans sa première strophe, on notera l’analogie médiévale, classique et familière, de la fleur pour évoquer la vierge Marie (voir par exemple   la cantiga de Santa Maria   10).  Quant à sa transcription en graphie moderne à partir du manuscrit, nous nous appuyons sur  le travail de   Gaston Raynaud  dans   Recueil de Motets Français des XIIe et XIIIe siècles, Tome  1er, Introduction, le Chansonnier de Montpellier    (1881).

chansonnier-montpellier-amour-courtois-chanson-medievale-motets-litterature-moyen-age-central_s

Par rapport à l’interprétation du jour, l’ensemble a pris le partie de changer l’ordre des strophes, en commençant par la troisième pour revenir vers la seconde, la première n’étant pas présente. De notre côté, par simple convention, nous avons repris l’ordre  du    manuscrit médiéval d’origine, tel que retransposé par G Raynaud. La pièce se trouve donc ici dans sa totalité.


Plus bele que flor
Est, ce m’est avis,
Cele a qui m’ator.
Tant con soie vis,
N’avra[i] de m’amor
Joie ne delis
Autre mès la flor
Qu’est de paradis:
Mère est au Signour,
Qu’est si noz amis
Et nos a retor
Veut avoir tôt dis.

Plus belle que fleur
Est, à mon avis,
Celle dont je suis proche.
Aussi longtemps que je vis
Nul n’aura de mon amour
joie ni plaisir,
Hormis la fleur
Qui est de Paradis.
Elle est la mère du Seigneur
Qui, si, de toi et moi, amis,
Attends fidélité pour toujours (?)

Quant revient et fuelle et flor,
Contre la saison d’esté,
Deus ! adonc me sovient d’amors
Qui toz jors
M’a cortois et doz esté.
Moût aim ses secors   (concours, secours) ,
Car sa volenté
M’alege de mes dolors ;
Moût me vient bien et henors
D’estre a son gré.

L’autrier joer m’en alai
Par .I. destor (chemin détourné);
En .I. vergier m’en entrai
Por queillir flor.
Dame plesant i trovai,
Cointe d’atour   (pleine de grâce, d’atours), cuer ot gai ;    
Si chantoit en grant esmai (ainsi elle chantait pleine d’émotion) :
Amors ai,
Qu’en ferai ?
C’est la fin, la fin,  queque nus die (quoiqu’on en dise),
J’amerai.


Retrouvez ici d’autres pièces d’amour courtois tirés du Codex de Montpellier :   Ne m’oubliez mie  –  Puisque Belle dame m’aime Coeur qui dort

Au sujet de la  courtoisie  au moyen-âge, vous pouvez également consulter  réflexions sur l’amour courtois au Moyen-âge.

En vous souhaitant une  excellente journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

Une chanson d’amour courtois du trouvère Adam de la Halle avec l’ensemble Les Jardins de Courtoisie

trouveres_troubadours_musique_poesie_medievale_musique_ancienneSujet : musique, chanson, poésie médiévale, vieux français, trouvères d’Arras, théâtre profane. amour courtois, langue d’Oil.
Période : moyen-âge central, XIIIe siècle
Auteur : Adam de la Halle (1235-1285)
Titre : Amours m’ont si douchement
Interprètes : Les Jardins de courtoisie
Album : D’Amoureus Cuer Voel Chanter (2007)

Bonjour à tous,

N_lettrine_moyen_age_passionous revenons aujourd’hui vers la poésie en vieux français et en langue d’Oil du trouvère Adam de la Halle avec une chanson médiévale d’amour courtois monodique du XIIIe siècle. Cette pièce se situe dans le registre « profane »; on se souvient que l’oeuvre abondante que nous a laissé ce célèbre auteur, poète, musicien et compositeur du moyen-âge central ne contient pas de pièces et de compositions proprement liturgiques.

L’interprétation que nous en présentons ici nous vient de l’Ensemble français Les Jardins de Courtoisie dont nous allons aussi dire pouvoir dire un mot.

Amours m’ont si douchement par L’ensemble Les Jardins de Courtoisie

 

Les Jardins de courtoisie

Le milieu artistique et la création autour des musiques anciennes en provenance de la région  lyonnaise nous a régalé décidément de bien des surprises. Nous parlions encore récemment de l’Ensemble Céladon mais aussi du jeune ensemble Apotropaïk et c’est aujourd’hui au tour d’une autre formation qui nous vient du même endroit d’être présentée ici. L’ensemble de musiques anciennes Les jardins de courtoisie a en effet été crée à Lyon, en 2004, par la chanteuse soprano Anne Delafosse  Quentin. 

Parcours

Anne_delafosse_quentin_musique_medievale_soprano_ensemble_jardins_de_courtoisieEn dehors de sa participation et de la direction de cette formation, cette artiste passionnée des répertoires médiévaux, renaissants et baroques avait encore cofondé l’Ensemble Musica Nova et également apporté sa pleine contribution vocale à des formations comme l’Ensemble Gilles Binchois ou encore l’Ensemble Céladon de Paulin  Bündgen, pour ne citer que ces deux-là. Devenue enseignante à plein temps au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon depuis quelques années déjà, elle organise encore des ateliers ou des stages dans le domaine des musiques anciennes et donne aussi, à l’occasion, des cours au Centre de Musique Médiévale de Paris. De fait, toutes ces activités ne lui laissent pratiquement plus le temps de se produire sur scène.

Production et « actualité »

D’un point de vue artistique, Les Jardins de courtoisie explore (explorait ?) le répertoire des musiques anciennes sur une période allant du moyen-âge central au XVIIe siècle en passant par la Renaissance et avec une prédilection, comme son nom pouvait le laissait présager, pour les pièces issues de la lyrique courtoise.

A l’image de sa fondatrice et de facto, l’ensemble semble avoir arrêté de se produire sur scène depuis les années 2010-2011. Il n’existe pas vraiment de site web actualisé sur leur activité et les dernières ensemble_medieval_poesie_chanson_musiques_anciennes_les_jardins_de_courtoisieinformations sur leur page Facebook datent de 2009. Gageons qu’ils sont donc, pour l’instant, tous occupés en d’autres endroits et réjouissons-nous qu’il nous reste, au moins jusqu’à nouvel ordre, leurs productions passées pour les apprécier.

De ce point de vue, ils ont, à ce jour, produit trois albums, l’un sur les chansons de la cour de bourgogne au XVe siècle, l’autre sur Marguerite d’Autriche et son univers musical au XVIe  et enfin le troisième, celui du jour, autour du trouvère Adam de La Halle. Un quatrième annoncé sur le site web de la chanteuse Soprano et qui semblait faire partie d’un programme du Conservatoire de Musique de Lyon (faisant intervenir Les Jardins de Courtoisie en collaboration avec Paulin Bündgen) n’est, semble-t-il, pas encore paru.

« D’amoureus cuer voel Chanter »
un album autour d’Adam de la Halle

Sorti en 2007, cet album de la formation était tout entier dédié à Adam de la Halle et à sa poésie courtoise. Du point de vue des titres, il abonde littéralement puisqu’il en contient pas moins de dix-sept, pris dans le répertoire des chansons et rondeaux du trouvère artésien.

musique_chanson_poesie_medievale_jardin_de_courtoisie_trouvere_Adam_de_la_Halle_moyen-ageD’un point de vue vocal, aux côtés d’Anne Delafosse Quentin, on pouvait noter la présence du ténor Lisandro Nesis, mais aussi celle du contre-ténor Paulin Bündgen.      

Distribué par le label Zig-Zag Territoires, il ne semble pas, hélas pour l’instant, que l’album ait fait l’objet d’une réédition depuis sa sortie. On en trouve donc quelques exemplaires au format CD et en import mais les prix en sont relativement élevés. Affaire à suivre donc.

Amours m’ont si douchement
Dans le vieux-français d’Adam de la Halle

Amours_si_douchement_chanson_medievale_amour_courtois_trouvere_adam_de_la_halle_moyen-age_XIIIe_siecle
Partition (notation ancienne et nouvelle) prise dans les oeuvres complètes d’Adam de la Halle du musicologue et ethnologue ‎Charles Edmond Henri de Coussemaker (1872)

Amours m’ont si douchement (doucement)
Navré* (blesser) que nul mal ne sench (de sentir),
Si servirai bonnement
Amours et men
douch ami* (douce amie), a cui me rent.
Et fas de men cors present,
Ne jamais, pour nul torment
Que j’aie n’iert (de être) autrement,
Ains voeil user mon jouvent
En amer loialment.

Et si ne m’en caut (chaloir : ne m’importe pas) comment
On m’aparaut laidement,
Puis que j’ai fait mon talent
Et je puis jesir* (m’allonger) souvent
Lès* (près) son cors gent* (beau,noble).
Je ne crieng*  (de craindre) ore ne vent,
Mais bon se fait sagement* (coiement autre MS)
Déduire et si soutieuement* (subtilement  – sagement autre MS) 
C’on n’en puisse entre le gent,
Parler vilainement.

Trop me sistés* (jugez?) longement
Amis, a moi proïier ent.
Se vous m’amiés loialment,
Je vous amoie ensement* (pareillement),
Ou plus forment
Mais femme, au commenchement
Se doit tenir fièrement:
Pour chou, s’ele se deffent,
Ne doit laissier qui i tent
A requerre asprement.

En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE.
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

El mestre, une chanson catalane ancienne par l’ensemble Hirundo Maris

musique_danse_medievale_enluminures_moyen-age_central_et_tardif_XIVeSujet : musique, chanson ancienne, folklore catalan, musique ancienne, langue catalane
Période :  moyen-âge central, XIIIe siècle ?
Auteur original: ?
Interprète : Arianna Savall, Petter Udland Johansen et Hirundo Maris
Titre:  El Mestre
Album : Chants du Sud et du Nord
Editeur : Universal Music (2012)

Bonjour à tous,

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, nous explorons une chanson ancienne qui nous vient des terres de Catalogne. Elle est interprétée par le groupe Hirundo Maris, ce qui va nous fournir une excellente occasion de parler de cette formation et de sa talentueuse fondatrice, l’artiste, compositeur, chanteuse et musicienne Arianna Savall. 

Arianna Savall, soliste soprano, harpiste & artiste accomplie

Même si Jordi Savall est, pour notre plus grand bonheur, encore très actif sur la scène musicale, si l’on doutait encore que sa relève ne soit assurée, nous n’avons aucun souci à nous faire. Ferran et Arianna, les deux fruits de l’union du grand maître musique et joueur de vielle catalan avec la chanteuse lyrique soprano Montserrat Figueras sont en effet devenus, à leur tour, de brillants artistes, chanteurs et musiciens. Aujourd’hui, c’est de sa fille, la talentueuse Arianna Savall, que nous voulons vous parler.

arianna_savall_musiques_chansons_poesie_anciennes_medievalesNée en 1972, cette belle artiste a sans nul doute hérité de la passion familiale pour les arts et la musique ancienne et elle marche résolument sur leurs traces,  en y ouvrant ses propres voies artistiques.

Après avoir étudié le chant lyrique et la harpe classique dans la région de Barcelone et au Conservatoire de Terrassa, puis s’être dotée d’une spécialisation dans l’interprétation baroque de son instrument de prédilection, Arianna a, comme d’autres artistes déjà mentionnés ici, suivi les cours de la Schola Cantorum Basiliensis de Bâle, école suisse de renom dans le domaine des musiques anciennes,

Dès ses débuts de carrière, à la fin des années 90. ses premiers enregistrements et son premier album aux côtés de Montserrat Figueras, seront primés et salués par un Diapason d’or. Dans la décennie qui suivra, elle poursuivra son parcours en famille, en jouant avec le célèbre Hespérion XXI de Jordi Savall, mais elle démontrera aussi ses grandes qualités vocales à l’Opéra, pour finalement, en 2003, enregistrer un premier album. Composé par ses soins, elle y donnera à la fois de la voix et de la harpe et l’album, ayant pour titre Bella Terra, sera extrêmement bien accueilli du public.

arianna_savall_hirundo_maris_Petter_Udland_Johansen_musiques_chanson_traditionnelle_anciennesEn 2009, elle créera avec l’artiste, chanteur et violoniste norvégien Petter Udland Johansen qui se trouve être aussi son compagnon, la formation  Hirundo Maris, toute entière dédiée au répertoire des musiques anciennes, du moyen-âge à la période baroque. Depuis sa création, l’ensemble a déjà produit quatre albums et nous leur devons l’interprétation de la pièce du jour. Arianna s’y adonne avec une grande virtuosité et une voix splendide,  pleine de justesse et de sensibilité.

Aujourd’hui, Arianna Savall et sa formation Hirundo Maris se produisent en concert dans toute l’Europe et même jusqu’en Asie. Pour consulter leur actualité et leur discographie, vous pouvez valablement consulter le site web officiel  de l’artiste à l’adresse suivante : ariannasavall.com

Hirundo Maris
et les « Chants du Sud et du Nord »

Sorti en 2012, l’album « Chants du Sud et du Nord » de Hirundo Maris a été inspiré, au départ, par la chanson catalane « el mariner ». Cette dernière conte l’histoire d’une damoiselle des bords de la méditerranée, tombée amoureuse d’un guerrier et chevalier du nord. A l’image de la chanson, l’album est le fruit d’une union, mais c’est aussi celui de la rencontre entre deux univers musicaux et culturels; les deux artistes y explorent le répertoire ancien et traditionnel des musiques à la fois catalanes et norvégiennes mais aussi séfardi, pour nous proposer un voyage des rives anciennes de la méditerranée jusqu’à la mer du nord, à la recherche des similitudes, des différences, et de possibles et subtiles convergences entre musiques et chants des peuples viking, des hirundo_maris_arianna_savall_musiques_anciennes_medievales_traditionnelles_album_chants_du_nord_et_du_sudnavigateurs catalans et encore des voyageurs juifs séfarades.

La chanson El Mestre que nous vous proposons aujourd’hui est la première de l’album.  Près de 30 ans auparavant, Jordi Savall et Montserrat Figueras en avaient  proposé une version musicale dans leur album :  Cançons  de la Catalunya Mil•Lenària: Planys  & Llegendes (1990) dont la volonté affichée était d’affirmer quelque chose de l’essence même de la culture catalane et de son héritage ancestral.  A travers le temps et une génération plus tard, il est touchant de noter que ce même titre ouvre ces Chants du Sud et du Nord  d’Hirundo Maris. Cette fois, c’est devant le miroir de l’ailleurs lointain, celui d’une culture à l’autre bout de l’Europe, et d’un mer à l’autre que la même chanson est posée, dans la recherche de possibles reflets, de fils conducteurs ou de correspondances, tout en s’ancrant fermement dans ses propres racines.

hirundo_maris_ensemble_musiques_antiques_et_anciennes_arianna_savall

Il semble décidément que les musiques anciennes et la passion de leur art ne cesseront jamais chez les Savall d’être des prétextes sans cesse renouvelés  pour interroger en profondeur les richesses artistiques inhérentes aux cultures qu’ils approchent, à travers l’histoire, le temps, et l’espace, tout en posant clairement la question des identités et de l’échange. Au delà même de leur virtuosité, ce questionnement est sans doute un autre des héritages que se passe, entre génération, cette belle famille d’artistes. Au coeur de leur musique et de leurs oeuvres, ils nous invitent sans cesse à tendre l’oreille et à mieux écouter, pour nous ouvrir à la culture de l’autre.

EL Mestre chanson catalane médiévale,
paroles originales et adaptation française

L_lettrine_moyen_age_passion‘histoire de cette chanson ancienne catalane et de ses lignes mélodiques se perdrait quelque part autour du moyen-âge central et de l’art des troubadours de la Catalogne du XIIIe siècle. Je dis « se perdrait » parce que nous n’en avons, pour l’instant, pas nous-même, retrouver les sources précisement datées.

Pour ce qui est des traces musicales écrites en notre actuelle possession, elles sont toutes bien plus récentes. On trouve chez le compositeur barcelonais du XIXe /XXe siècle Miguel Llobet (1878-1938) des arrangements de cette pièce pour guitare. Du côté des paroles, le Dictionnaire de la musique et des musiciens de Mariano Pérez Gutiérrez, fait mention de l’auteur-compositeur catalan très prolifique des XIX et XXe siècles Josep Sancho Marraco (1879-1960), qui était aussi maître de musique à la cathédrale de Barcelone. Si l’on se fie à cet ouvrage, il serait même l’auteur  des paroles puisqu’on la range dans ses « oeuvres » (Diccionario de la música y los músicos, Vol3, 1985).  C’est assez étonnant au vue de la jose_sancho_marraco_maitre_de_musique_barcelonais_catalanteneur du texte. Sauf effet de style recherché volontairement, la chanson semble, en effet, renvoyer à une période largement plus lointaine. En consultant de plus près quelques documents de la Bibliothèque de Catalogne, on en a d’ailleurs la confirmation puisqu’on y apprend qu’on doit plutôt à Josep Sancho Marraco une « version harmonisée de cette chanson populaire » pour cinq voix mixtes et soliste soprano, et non la chanson elle-même (Biblioteca de Catalunya).

Pour le reste, comme indiqué plus haut, cette chanson fut enregistrée, dans une version instrumentale par ‎Jordi Savall & Montserrat Figueras (Cançons de la Catalunya mil·lenària). Elle le fut encore par d’autres artistes – à la guitare par Andres Segovia (1956) sur la base des partitions de Miguel Llobet, ou même  dans une version vocale moins lyrique que celle du jour, par le chanteur catalan Sergi Dantí,  en 2011.

L’histoire qu’elle nous conte est celle d’une jeune fille envoyée à l’école pour préparer son entrée dans les ordres, mais son professeur en tombe amoureux et lui implore d’y renoncer pour se marier avec lui. Nous vous en livrons ici les premiers couplets en catalan, accompagnés d’une adaptation en français.

El Mestre (le professeur)

El pare i la mare no em tenen sinó a mi.
Me’n fan anar a l’escola  a aprendre a llegir.

Mes ail ara tomba, tantom xiribiriclena, tom pena tom pi

Mes ail ara tomba, tan tom xiribiriclom

Lon père et la mère n’avaient que moi pour enfant,
Ils m’ont envoyé à l’école pour apprendre à lire

Refrain : il s’agit d’un mélange « d’onomatopées » musicales, dans laquelle elle semble aussi exprimer sa surprise et son désarroi émotionnel.

El mestre que m’ensenya s’ha enamorat de mi.
Me’n diu:  –-No et facis monja, que et casaràs amb mi –
refrain

Le professeur qui m’enseignait est tombé amoureux de moi
Il m’a dit : – Ne te fais pas nonne  et épouse moi plutôt –
refrain

Jo n’hi faig de resposta que no l sabré servir.
–-Tu faràs com les altres: quan me veuràs venir
refrain

Je lui ai répondu  que je ne saurai (pas) le servir
– Tu feras comme les autres quand tu me verras venir* (*en me voyant rentrer)
refrain

me’n pararàs la taula, m’hi posaràs pa i vi,
les estovalles blanques com el paper més fi

Mes ail ara tomba, tantom xiribiriclena, tom pena tom pi
Mes ail ara tomba tan tom xiribiriclom

Tu me dresseras la table, me porteras pain et vin
les nappes blanches comme le papier le plus fin (de la plus fine étoffe)
refrain

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.