Archives pour l'étiquette XIIIe siècle

La vérité historique en images : Le message de paix du roi des tartares à Saint louis

LA VERITE HISTORIQUE EN IMAGES :
Le message de paix du roi des tartares a Saint louis

moyen-age_passion_histoire_medievale_lettres_saint_louis_de_joinville_kubilai_khanCliquez sur l’image pour l’ouvrir

P_lettrine_moyen_age_passion copiaour ceux qui sont passés à côté, autant que pour les besoins de l’indexation, je reposte ici l’illustration que la lettre de l’empereur de Chine et roi tartare Kubilai Khan au roi de France Louix IX nous avait inspirée. Cette lettre ayant été retranscrite par Jean de Joinville, chroniqueur de Saint-Louis, dans le courant du XIIIe siècle, il était normal qu’il trouve aussi sa place, ici.

Catégorie : humour médiéval.
Période : moyen-âge central, XIIIe siècle

Tous droits réservés moyenagepassion.com,
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes.

Documentaire médiéval : Kubilai Khan ou la destinée chinoise d’un roi mongol

kubilai_khan_roi_mongol_moyen-age_passion_monde_medievalSujet : Kubilai Khan (1214-1295), roi tartare, grand khan mongol, Empereur de chine (épelé quelquefois Kublaï ou Qubilaï Khan), et Marco Polo, explorateur & marchand vénitien (1254-1324).
Média : vidéo, documentaire médiéval
Période : XIIIe siècle, moyen-âge central

A_lettrine_moyen_age_passionujourd’hui, pour changer, nous vous proposons une incursion au coeur du monde médiéval dans sa riche histoire asiatique et extrême orientale. Dans notre article précédent, nous parlions de la lettre au roi Saint Louis, du roi de tartare, grand Khan mongol, petit-fils de Ghengis Khan, Kubilaï Khan.  Ce documentaire tombe donc bien à propos pour connaître un peu mieux la destinée et le Legs de ce personnage médiéval  qui, de nomade, devint empereur de Chine et fonda la Dynastie Yuan.

Kubilaï Khan, dans les yeux de Marco Polo

marco_polo_enluminure_histoire_medievale_moyen_age_passion« J’ai résolu de faire dans ce second livre la description de la pompe, de la magnificence, de la somptuosité de la puissance, des richesses et du gouvernement de l’empire de Koubilaï, empereur des Tartares, qui tient présentement le sceptre. Car il surpasse de beaucoup tous ses prédécesseurs en magnificence, et, dans l’étendue de son domaine, il a tellement reculé les limites de son empire qu’il tient presque tout l’Orient sous sa domination. »
Marco Polo (1254-1324), Le Livre des Merveilles, Livre II, »De la puissance et de la magnificence de Koublaï, très grand roi des Tartares ». (photo ci-dessus : enluminure du livre des merveilles 1307, BNF)

ghengis_khan_roi_mongole_statue_moyen-age_passion_monde_medieval
« La statue du papy », Ghengis Khan (1162 -1227), roi mongol, Oulan Bator, Mongolie

U_lettrine_moyen_age_passionne bonne partie des informations que nous avons sur Kubilai Khan nous vient des récits  de Marco Polo, ce célèbre marchand vénitien, qui, voyageant vers l’Asie, devint conseiller de cet empereur de Chine hors du commun. Ayant passé plus de dix-sept ans à la cour et aux services de Kubilai Khan, l’explorateur s’émerveille de la grande tolérance de l’empereur (et à travers lui de la dynastie mongole Yuan implantée en Chine), à l’égard de chaque croyance et chaque culture présentes dans la chine d’alors. Il semblerait aussi que ce très conquérant et ambitieux petit fils de Ghengis  Khan ait su s’entourer de gens aux origines les plus diverses pour asseoir son règne. Faut-il y voir une grande tolérance ou une subtile manière de se protéger dans une province finalement conquise en n’évitant de trop s’entourer d’autochtones vaincus, peut-être prompts à se retourner? La moyen_age_passion_marco_polo_kublai_khan_roi_mongol_enluminurequestion reste ouverte. (photo ci-contre: enluminure du Livre des     merveilles de Marco Polo,  XVe siècle, BNF)

Quoiqu’il en soit, le règne de Kubilaï Khan est souvent dépeint comme un règne de sagesse et de tolérance, et nos contemporains semblent souvent y lire, à travers les yeux de Marco Polo qui le servait, une certaine modernité, si ce n’est une sorte d’exemplarité, que traduit bien le ton de ce documentaire. Très entre nous, même si je ne veux préjuger du contraire, je me méfie assez de ce genre de rapprochements et je reste sur la réserve. Quelquefois, la tentation d’encenser ou de dénigrer les hommes du moyen-âge, au filtre de nos valeurs actuelles, nous font perdre un peu de vue les nuances. Il serait franchement intéressant de connaître la version chinoise de la même histoire pour s’en faire une idée juste. Hélas, mon mandarin et mon cantonnais sont à peu près aussi inexistants que les dromadaires  albinos le sont en Papouasie occidentale.

La dynastie Yuan du roi mongol et empereur de Chine Kubilai Khan
La dynastie Yuan du roi mongol et empereur de Chine Kubilai Khan

Le legs de la Dynastie Yuan de Kubilaï Khan

D_lettrine_moyen_age_passione manière factuelle, au moins, la dynastie mongole, devenue dynastie Yuan, aura assurément accompli de grandes choses, et Kubilaï Khan, en plus d’être un grand guerrier et un grand conquérant, s’est avéré être aussi un fin politique. Son règne, en terres étrangères et conquises, a tenu bon et l’unification de l’empire autour de cet homme favorisa fortement les échanges commerciaux et l’expansion économique de cette chine médiévale et de l’Asie. C’est notamment sous la dynastie Mongole Yuan que Pekin deviendra, pour la première fois, la capitale de l’ensemble de la Chine. Les Arts dont Kubilaï Khan se fera le grand protecteursculpture_dynastie_yuan_moyen-age_passion_monde_medieval connaîtront également un nouvel essor sous son règne (ci-contre Statue de bois, Dynastie Yuan, XIVe siècle, The Victoria and Albert Museum, Londres). Un peu plus d’un demi-siècle plus tard, la dynastie Yuan tombera au profit de la dynastie Ming.

Avant de conclure, il faut ajouter qu’à l’époque de Marco Polo, un certain nombre de débats a entouré la véracité de ses dires. Ces débats ont même perduré jusqu’à récemment et on allait même jusqu’à dire que l’ensemble de ses récits n’étaient que de seconde main: nul doute que les marchands du moyen-âge, dans leur grands périples, échangeaient entre eux ou avec leurs acheteurs, et réussissaient, ainsi, à glaner et de nombreux récits ou rumeurs. Il semble pourtant que le récit de Marco Polo ait, depuis, été rétabli dans ses grandes lignes et même si de nombreuses affirmations du marchand vénitien restent invérifiables, personne ne s’accorde plus à dire qu’il n’a fait qu’affabuler.

Une belle journée à tous où que vous vous trouviez en ce monde.

Frédéric EFFE
moyenagepassion.com

La lettre de Kubilai Khan à Saint Louis ou méfions-nous des citations!

kubalai_khan_roi_tartare_lettre_roi_saint_louis_moyen-age_passion«C’est une bonne chose que la paix ; car en terre de paix ceux qui vont à quatre pieds mangent l’herbe paisiblement ; et ceux qui vont à deux, labourent la terre [dont les biens viennent] paisiblement.»
Kubilai Khan (1215-1294), roi des Tartares, Grand Khan des Mongols, Lettre à Louis IX (vers 1260)

Attention citation médiévale piégée!

Bonjour à tous!

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoilà encore un petit article léger pour se détendre et appeler au sens critique; une autre façon de dire, finalement, méfions-nous des citations et de l’information toute mâchée.

Il y a quelque temps, au hasard de mes errances sur le web, je trouvais, en effet, cette citation que je reprends volontairement, en tête d’article. Je me disais: quel beau témoignage de paix fait par ce roi tartare et mongol, petit-fils de Ghengis Khan, dans cette missive à Saint Louis, en plein coeur du moyen-âge. La phrase était tirée de l’ouvrage « Œuvre de Jean, sire de Joinville » de 1867 de Natalis dejehan_de_joinville_chroniqueur_poete_ecrivain_historien_moyen-age_passion Wailly, traduction de textes du XIIIe siècle du célèbre chroniqueur, historien, poète, écrivain et Sénéchal de Champagne, Jehan de Joinville (1225-1317). Le journaliste ou l’historien qui la mentionnait ajoutait: « Les deux rois s’entendent pour manifester le même amour de la paix. Et c’est chose rare, à l’époque. » Bref, tout cela valait bien une recherche un peu plus poussée, en vue, peut-être, d’un article. (peinture ci-contre, Jehan de Joinville par  Blondel  Merry Joseph, XIXe siècle, salle des croisades, château de Versailles).

Insatiable curieux de nature, je décidais, avant toute chose, d’en savoir un peu plus et me mettais donc en quête d’information sur la question. Qui était ce roi mongol si pacifique? Quelle était donc cette lettre? La lecture de Joinville pouvait certainement m’en apprendre plus. Je finis ainsi par trouver le texte original de l’ouvrage cité et, pour être honnête, à l’heure où j’écris ces lignes, je suis encore en train d’en rire.

En effet, en fait de missive de paix, la belle citation de Kubilai Khan ressemble plutôt à une belle introduction avant racket, façon Soprano ou Corleone. Je vous laisse en juger par vous-même en découvrant ce que nous apprend la lecture complète de cette missive du roi tartare (mongol) au roi de France, Saint Louis, en réponse aux présents et messages que ce dernier lui avaient adressés. L’ombre du Attila de Kaamelott n’est pas très loin.

Traduction de Jean de Joinville par Natalis de Wailly (1867)

natalis_de_Wailly_jean_de_joinville_historien_medieval_moyen-age_passion« Avec les meffagers vinrent les leurs; & ils apportèrent au roi de France des lettres de leur grand roi* (*le roi tartare donc) qui étaient ainfi conçues : « 
C’eft une bonne chofe que la paix ; car en terre de paix, ceux qui vont à quatre pieds mangent l’herbe paifiblement; et ceux qui vont à deux labourent la terre (dont les biens viennent) paifiblement. Et nous te mandons cette chofe pour t’avertir : car tu ne peux avoir la paix fi tu ne l’as avec nous. Ca prêtre Jean fe leva contre nous, & tel roi & tel (& ils en nommaient beaucoup), & tous nous les avons paffés au fil de l’épée. Ainsi, nous te mandons que chaque année tu nous envoies affez de ton or & de ton argent pour que tu nous retiennes comme ami. & fi tu ne le fais, nous te détruirons toi & tes gens, ainfi que nous avons fait de ceux que nous avons ci-devant nommé. »
Et fachez que le faint roi fe repentirt fort d’y avoir envoyé. »

Source historique de la lettre de Saint Louis

jean_joinville_chronique_lettres_roi_saint_louis_kubilai_khan_moyen-age_passion

L’original de Jean de Joinville pour le plaisir de la langue

jehan_de_joinville_chroniqueur_poete_ecrivain_historien_medievale« Avec les meffages, le roy vindrent li leur & aportèrent lettres de leur grant roy* (*le roi tartare donc) au roy de France qui difoient ainfi: « Bonne chofe eft de pez, quar en terre de pez manguent cil vont à quatre piez, l’erbe pefiblement. Cil qui vont à deus labourent la terre dont les biens viennent paifiblement. Et cefte chofe te mandons-nous pour toy avifer; car tu ne peus avoir pez fe tu ne l’as à nous. Car preftre Jehan fe leva encontre nous, & tel roy & tel (& moult en nommoient), & tous les avons mis à l’efpée. Si te mandons que tu nous envoies tant de ton or et de ton argent chafcun an, que tu nous retieignes à amis. & fe tu ne le fais, nous deftruirons toy & ta gens auffi comme nous avons fait ceulz que nous avons devant nommez. » Et fachiez qu’il fe repenti fort quand yl y envoia. »

Toute la Vérité Historique en Images

Du coup, rétablir l’Histoire véritable de la lettre du grand roi tartare Kubilai Khan à Saint Louis valait bien une illustration et nous nous en sommes fendus sans plus attendre.

moyen-age_passion_histoire_medievale_lettres_saint_louis_de_joinville_kubilai_khanCliquez sur l’image pour l’ouvrir

Aller du coeur des textes vers les citations

J_lettrine_moyen_age_passionuste en quelques lignes pour conclure, il semble bien que le monde lise de moins en moins et cite de plus en plus. De mon côté, je me méfie toujours des citations, même si je m’y adonne, parce qu’on peut faire dire tout et n’importe quoi, à n’importe qui, quand on saucissonne un texte.

En général, en sciences humaines, qu’il s’agisse d’Histoire, d’Anthropologie ou de Sociologie, comme on devrait le faire aussi en journalisme, on lit d’abord l’ouvrage entier avant de lui faire référence et, quand on le cite, on extrait des passages significatifs de la pensée de l’auteur et qui abondent dans son sens. Il y a, bien sûr, toujours des historiens porteurs d’idéologies fortes qui vous feraient entrer n’importe quel auteur dans n’importe quel concept à coup de copier-coller douteux, mais c’est un procédé réputé malhonnête et qui ne tient jamais la distance. Je parle donc ici du chercheur honnête ou même de l’amateur éclairé qui conduit sa recherche de la vérité avec une certaine honnêteté.

Dans le cas présent et pour la source que nous aurons l’élégance de ne pas citer, je pense qu’il s’agissait surement plus d’une petite négligence à creuser, mais il faut avouer que le commentaire n’en est que plus désopilant, une fois qu’on connait l’ensemble de cette lettre à Saint Louis. A l’ère d’une certaine superficialité, on trouve aussi dans le genre, de nombreux repiquages faciles de contenus non vérifiés sur le web par des webmasters en mal de contenus ou d’imagination et qui ne cherchent que l’audience. Dans un autre registre, enfin, depuis que les réseaux sociaux existent, on n’a jamais autant prêté à des personnages célèbres comme Albert Einstein ou Bouddha des tas de choses qu’ils n’ont, en réalité, jamais dites ou écrites. 

D’une certaine manière, tombé, par hasard, sur cette citation, il y a quelques temps, aura été une illustration éclatante de ce propos. Il n’y a pas à en douter, c’est toujours un saint réflexe que d’aller chercher l’information au coeur des textes avant d’en utiliser des parties extraites sans les connaître.

En vous souhaitant une belle journée.

Frédéric EFFE
Pour moyenagepassion.com

A la découverte du moyen-âge et du monde médiéval sous toutes ses formes, et toujours avec passion.

La sagesse de Maître Eckhart, mystique chrétien du XIIIe siècle

moyen-age_chretien_mystique_chrétienne_maitre_eckhart« N’attribue pas trop de valeur à ce que tu ressens, mais attache de l’importance à ce que tu aimes et à ce que tu cherches. »

Maître Eckhart (1260-1328), Théologien, philosophe et grand mystique chrétien du XIIIe.

Citation médiévale, sagesse médiévale et mystique chrétienne.

« Pauvre Ruteboeuf », la complainte du trouvère et poéte médiéval Ruteboeuf, par Léo Ferré

rutebeuf_troubadour_medieval_musique_moyen_age_passion

Musique : interprétation moderne d’une poésie médiévale.
Titre : la complainte de Rutebeuf, Pauvre Rutebeuf.

Sujet: troubadours & trouvères du moyen-âge, musique médiévale.
Période : XIIIe siècle, moyen-âge central.
Auteur : Rutebeuf, Leo ferré

L’hommage de Léo Férré au Trouvère Rutebeuf

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoilà encore un article qui pourrait avoir sa place à la fois dans la catégorie musique médiévale et dans la catégories écritures, poésies, auteurs, etc… A proprement parler,  il s’agit ici plus d’une mise en musique moderne, inspirée de textes médiévaux anciens, que de musique véritablement médiévale, mais, comme nous l’avons déjà souligné, le monde médiéval nous intéresse aussi dans sa « modernité » ou dans sa contemporanéité. Par ailleurs, ce très beau titre nous fournit l’occasion  de parler un peu de Rutebeuf, ce grand  poète médiéval du XIIIe siècle.

pauvre_rutebeuf_troubadour_moyen_age_leo_ferreLe « Pauvre Rutebeuf » chanté par Léo Ferré, poète, anarchiste, écorché, emporté  lui aussi, est un hommage rendu à ce trouvère satirique du XIIIe siècle qui aura a permis au grand public de le découvrir. Cette chanson a été reprise maintes et maintes fois et, si d’aventure, vous entrez son titre dans youtube, vous allez en découvrir une avalanche de versions, reprises et autres, toutes issues de l’originale de Léo Ferré. Me concernant, je retiens en plus de la version ci-dessous du poète anarchiste des temps moderne, celle de Philippe Léotard pour la parenté de coeur entre les deux hommes, et aussi celle de  Joan Baez pour la curiosité.

Qui était Rutebeuf?

P_lettrine_moyen_age_passion copiaoète, écrivain et trouvère  de la fin du moyen-âge central, Rutebeuf a vécu sa vie, comme la plupart des artistes de cette époque, misérable. C’est aussi un écrivain de la rupture et ses oeuvres s’orientent plus sur la description de sa propre condition sociale ou des misères et de la pauvreté de son temps, que sur l’amour courtois chanté alors par les trouvères et troubadours. Nul doute que Rutebeuf se situe dans la prise de risque. et l’on dit aussi de lui qu’il est l’ancêtre moyen_age_trouvere_rutebeuf_troubadour_medievalspirituel de François Villon De fait, Rutebeuf puise dans la satire et dans un regard sans concession sur son temps, comme le fera François Villon lui-même, près de deux siècles plus tard. Son répertoire contient aussi de nombreux jeux de mots et traits d’humour dans le texte même s’il est difficile aujourd’hui d’en percevoir toutes les nuances.

O_lettrine_moyen_age_passionn ne sait pas grand chose de précis sur la naissance de Rutebeuf, il serait né en Champagne mais l’ensemble de sa carrière d’auteur se fera à Paris. On ne le connait que sous ce surnom comique de « Rutebeuf » qui fait allusion à sa nature rustre ou rude, presque inculte finalement, et qui semble déjà pouvoir servir d’excuse à d’éventuelles libertés ou audaces qu’il s’autoriserait dans ses textes, comme pour se les faire pardonner par avance. Par contraste aussi, cette rudesse sur laquelle il insiste, appelle l’attention d’un auditoire sur des propos qui sont finalement bien plus fins et ambitieux qu’ils ne veulent s’avouer. Peut-être faut-troubadour_trouvere_moyen-age_auteur_medieval_rutebeufil encore y voir la distanciation que l’homme lui-même veut mettre avec l’auteur, celui qui y écrit, pour mieux s’en affranchir? De fait, l’oeuvre de ce trouvère, que l’on disait aussi jongleur, signe une grande autonomie par rapport à son propre créateur et les libertés qu’il prend derrière l’usage de ce pseudonyme, un peu lourd de prime abord. Il semble dire « n’attendez pas de moi de la justesse » et pourtant ses textes ont traversé les siècles et à travers son regard acerbe se dessine un autre monde médiéval. D’ailleurs, voici une citation de l’auteur,  lui-même :

« Rutebeuf oeuvre rudement, souvent, dans sa rudesse, il ment. » Citation de Rutebeuf.

rutebeuf_satyre_moyen_age_auteur_trouvere_medievalAu fond, sans doute y-a-t’il aussi dans les frasques et les pirouettes de ce trouvère, une forme d’allégeance nécessaire au pouvoir de l’époque. Sans doute faut-il qu’il prenne quelques précautions d’usage pour critiquer l’actualité, la religion comme le pouvoir du roi,  bien plus que s’il ne chantait ou contait l’amour courtois.

Sainte Marie l'Egyptienne (bibilothèque nationale de france)
Sainte Marie l’Egyptienne (bibliothèque nat de france)

Pour le reste, était-il le plus grand de son temps? Certains le disent aujourd’hui rétrospectivement mais on le dit aussi d’autres poètes ou troubadours comme Guillaume de Machaut et la subjectivité règne toujours en maître dans ce type de jugements. Reste que Ruteboeuf a laissé derrière lui une oeuvre abondante et prés de quatorze mille pieds de vers à redécouvrir, dans lesquelles on pourra trouver des poésies, des pièces de théâtres, des fabliaux, des poèmes satiriques et encore des hagiographies* (*écriture et textes sur la vie et l’oeuvre de saints, Sainte Marie l’égyptienne, Sainte Elysabel de Hongrie).

« Pauvre Rutebeuf », la complainte de Rutebeuf, 

C’est donc une chanson librement inspirée  de la poésie de Rutebeuf, remaniée et traduite en français moderne.  Sur le fond et pour la référence au titre notamment, je vous conseille de voir ces deux articles complémentaires sur ce trouvère et poète médiéval : « la pauvreté Rutebeuf » et « Lecture audio de Rutebeuf en français moderne et en vieux français« 

Que sont mes amis devenus
Que j’avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L’amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta.

Avec le temps qu’arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n’aille à terre
Avec pauvreté qui m’atterre
Qui de partout me fait la guerre
Oh vent d’hiver
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière.

Que sont mes amis devenus
Que j’avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L’amour est morte.
Le mal ne sait pas seul venir,
Tout ce qui m’était à venir
M’est avenu.

Pauvre sens et pauvre mémoire
M’a Dieu donné le Roi de gloire
Et pauvre rente
Et droit au cul (1) quand bise vente
Le vent me vient
Le vent m’évente
L’amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta
Les emporta…

Voilà quelques mots sur un artiste médiéval et sa poésie, mise en musique et en texte de manière moderne par un troubadour de notre temps, une belle complainte qui nous vient du moyen-âge et qui se trouve être finalement intemporelle.

Une très belle journée à vous!

Fred
moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.

(1)  Pour répondre aux commentaires sur cette question.  Ce « Droit au cul » provient du texte original de Rutebeuf modifié  par Léo Ferré  (l’original médiéval est « Et froit au cul quant byze vente »). Il  appartient donc bel et bien à la version du poète anarchiste du XXe et vient de sa plume. 800 ans après Rutebeuf, le texte de Léo a, dit-on,  choqué quelques oreilles ce qui  lui a même valu, dans un premier temps, une censure de la chanson et, en tout cas, de rares diffusions.

Joan Baez, dans sa reprise, n’a pas reculé et a gardé l’esprit et la lettre original de Léo mais quelques interprètes français ont cru bon de le remplacer, de leur propre chef par « Droit au Coeur ». Cela a même valu à l’une d’elle d’essuyer les foudres de Léo, qui aurait appelé la maison de disque pour faire interdire cette version édulcorée qui, en plus de trahir sa lettre, trahissait celle de Rutebeuf. L’anecdote raconte que Léo Ferré aurait même envoyé un télégramme à la chanteuse en question en lui disant :   « Madame, de mon temps, on ne confondait pas encore le cul avec le coeur ! Bien à vous de derrière le monde… Rutebeuf. 

Pour ceux qui auraient encore quelques doutes, je les invite à réécouter la version originale de Léo ici :