Archives par mot-clé : fortune

Fortune et « ses joyes ne sont fors que droit vent », une ballade de Christine de Pizan

christine_de_pisan_auteur_poete_philosophe_monde_medieval_moyen-ageSujet  : ballade, fortune, poésies médiévales,  poésie morale, auteur(e) médiéval(e), roue de fortune, sort, impermanence, valeurs chrétiennes médiévales, moyen-âge chrétien
Auteur  :  Christine de Pizan (Pisan) (1364-1430)
Période : moyen-âge central à tardif
Ouvrage :    Oeuvres poétiques de Christine de Pisan, publiées par Maurice Roy, Tome 1, (1896)

Bonjour à tous,

D_lettrine_moyen_age_passionu moyen-âge central au moyen-âge tardif, Fortune court, Fortune tourne, jamais Fortune nul n’épargne qui peut faire dégringoler le plus puissant, sitôt qu’il s’élève au sommet.

La roue de Fortune
alliée de la morale chrétienne médiévale

Dans le monde médiéval, l’invocation de Fortune et sa roue sonne comme un rappel entêtant, une leçon perpétuelle sur la nécessité de pratiquer un certain détachement face aux caprices du sort, mais plus encore. Si gloire, pouvoir, richesses, avoirs, ne portent en eux que des joies illusoires et passagères, c’est bien parce que, pour l’homme du Moyen-âge, ce monde matériel aux lois changeantes n’est qu’un court passage vers l’éternité. Or, justement, le salut de l’âme au sens chrétien, implique qu’on sache se détacher des tentations de ce monde transitoire, mais aussi de la vanité. Et c’est une deuxième leçon de Fortune que d’expliquer aux hommes accrochés sur sa roue, qu’ils ne peuvent se glorifier totalement de leur propre ascension puisque, au fond, ils n’y sont pas pour grand chose.

roue-de-fortune-moyen-age-miniature-enluminure-morale-medievaleDu Roman de la Rose aux fabliaux (voir la roé de fortune), en passant par les poésies et chansons de quantités d’auteurs du monde médiéval – Guillaume de Machaut, Michault Caron Taillevent, le O Fortuna  repris par Carl Orff dans Carmina Burana, pour n’en citer que quelques-uns –  Fortune et sa roue capricieuse, alliée de la morale chrétienne médiévale, ne cesse de mettre en garde le puissant, comme elle rassure, sans doute aussi, les plus indigents. 

Aujourd’hui, c’est dans une courte ballade sous la plume de Christine de Pizan que nous la retrouvons. La grande dame et auteur(e) du Moyen-âge savait des illusions de la permanence et de l’évanescence des bonheurs terrestres. Mariée à l’adolescence, veuve à 22 ans, elle a laissé, au sein de son œuvre considérable, de nombreuses poésies sur les douleurs de ce deuil. Elle y fait d’ailleurs allusion dans cette pièce.

« Que ses joyes ne sont fors que droit vent »
Une ballade de Christine de Pisan

Qui trop se fie es* (aux) grans biens de Fortune,
En vérité, il en est deceü;
Car inconstant elle est plus que la lune.
Maint des plus grans s’en sont aperceü,
De ceulz meismes qu’elle a hault acreü,
Trebusche test, et ce voit on souvent
Que ses joyes ne sont fors que droit vent.

Qui vit, il voit que c’est chose commune
Que nul, tant soit perfait ne esleü,
N’est espargné quant Fortune répugne
Contre son bien, c’est son droit et deü
De retoulir* (reprendre) le bien qu’on a eü,
Vent chierement, ce scet fol et sçavent
Que ses joyes ne sont fors que droit vent.

De sa guise qui n’est pas a touz une
Bien puis parler; car je l’ay bien sceü,
Las moy dolens! car la fausse et enfrune* (gloutonne, avide)
M’a a ce cop trop durement neü* (de nuire),
Car tollu m’a* (m’a ôté) ce dont Dieu pourveü
M’avoit, helas ! bien vois apercevent
Que ses joyes ne sont fors que droit vent.

En vous souhaitant une belle journée.
Fred

Pour moyenagepassion.com
A la découverte du monde médiéval sous toutes ses formes

La roé (roue) de fortune, poésie morale et satirique du XIIIe siècle

poesie_medievale_fabliaux_chevalerie_chevalier_heros_valeurs_guerrieres_moyen-age_XIIIeSujet  : poésie médiévale, littérature médiévale, fortune, vanité, fabliau, trouvère, langue d’oïl, vieux français, MS Français 837
Période  : Moyen-âge central, XIIIe siècle.
Auteur : anonyme
Titre  : la roé de Fortune (roue de fortune)
Ouvrage :  Jongleurs & Trouvères, d’après les manuscrits de la Bibliothèque du RoiAchille Jubinal, 1835.

Bonjour à tous,

D_lettrine_moyen_age_passionu côté de la poésie satirique du moyen-âge central, nous vous proposons, aujourd’hui, la découverte d’un texte du XIIIe siècle, sur le thème, alors très prisé, de la Roue de fortune et son implacabilité.

Sources historiques et manuscrits

Cette pièce est présente dans plusieurs manuscrits médiévaux,  quatre en tout, dont trois se trouvent conservés hors de France : le Manuscrit 9411-9426 de Bruxelles, le  L V 32 de Turin, le Cod 1709 de la Bibliothèque du Vatican.

Du côté français, on le trouve dans le MS Français 837 de la BnF (ancienne cote Regius 7218), Daté du dernier tiers du XIIIe siècle, cet ouvrage, dont nous vous avons déjà touché un mot, contient plus de 360 feuillets et présente un nombre conséquent de fabliaux, dits et contes de ce même  siècle. On y croise de nombreuses poésies et pièces demeurées anonymes mais aussi des noms d’auteurs illustres, tels que Jean Bodel et Rutebeuf, Un fac-similé est consultable sur le site de Gallica au lien suivant.

fabliau-poesie-medievale-la-roue-de-fortune-manuscrit-ancien-français-837-moyen-age_s
La Roue de Fortune dans le précieux MS Français 837 de la BnF

Sur le fond, notre poésie du jour demeure plus proche du « dit » que du fabliau. Pour autant qu’elle contienne des éléments satiriques, elle est aussi plus morale que comique, comme le sont en général ces derniers. Pour sa transcription dans des caractères plus lisibles que ceux des manuscrits originaux, nous nous sommes appuyés sur l’ouvrage Jongleurs & Trouvères d’Achille Jubinal daté de 1835,  et dans lequel le médiéviste proposait une large sélection de textes extraits, entre autres, de ce manuscrit.

La roue de Fortune médiévale

« (…) Vez cum Fortune le servi,
Qu’il ne se pot onques deffendre,
Qu’el nel’ féist au gibet pendre,
N’est-ce donc chose bien provable
Que sa roé n’est pas tenable :
Que nus ne la puet retenir,
Tant sache à grant estat venir ? »
Le Roman de la rose

(…) Vois comme fortune le servit,
Qu’il ne put jamais s’en défendre,
Qu’elle le fit au gibet pendre,
N’est ce donc chose bien établie
Que sa roue ne peut être maîtrisée
Que personne ne peut la retenir
Aussi haut soit le rang qu’il ait atteint ?

Avec pour thème central la roue de la fortune, le texte du jour reflète certaines valeurs profondes du Moyen-âge occidental ou, à tout le moins, certaines idées dont la récurrence dans sa littérature et sa poésie, laisse à supposer un ancrage certain dans les mentalités médiévales. On notera, du reste, que cette vision d’un « sort » qui, presque mécaniquement, entraîne avec lui les promesses des plus belles ascensions comme des pires déroutes, a perduré, jusqu’à nous, dans les mentalités populaires : « la roue tourne », même si son articulation ne se fait plus nécessairement en relation étroite avec les valeurs chrétiennes comme c’était le cas alors et comme c’est clairement le cas dans ce texte.

Eloge  du détachement

La première idée qu’on trouve ici plantée touche à la vanité et la vacuité. Elle est implicitement lié à l’image de la roue de fortune et son invocation : inutile de se glorifier au sujet de son pouvoir, ses richesses, son statut, la « perdurance » n’est qu’illusion. Dans son mouvement perpétuel, la roue de fortune médiévale s’assure de faire chuter, inéluctablement, celui qui a voulu monter trop haut et,  au delà de tout critère de réussite sociale, même le mieux portant des hommes, peut se trouver au plus mal, l’instant d’après. Fortune se mêle de tout et nul n’est à l’abri.

deco_medievale_mort_moyen-age_enluminuresCette leçon en amène une deuxième qui en est le corollaire. Il s’agit de la nécessité (hautement mise en avant par le moyen-âge occidental et ses valeurs chrétiennes) de pratiquer une forme de détachement, vis à vis du monde matériel. Comme la déroute n’est jamais loin de la gloire, tôt viendra le temps de l’hiver et de la mort et, avec eux, le moment de rendre des comptes. Escompter avoir une place dans le monde d’après suppose que l’on ait su s’affranchir de l’actuel, se sera-t-on suffisamment préparé ? L’attachement, au mirage du pouvoir et de l’avoir, est folie, le poète, ici, nous l’affirme. Se fier au monde est le plus court chemin vers la perte ; le salut de l’âme est en cause autant que le salut social : il sera montré du doigt comme fou celui qui pensera se soustraire à ces lois immuables, en s’harnachant aux illusions du monde matériel.

Dans la dernière partie de cette pièce anonyme, on trouvera enfin des arguments qui viendront presque prêcher une forme de non action, susceptible de mener le lecteur en deça des valeurs de la morale chrétienne. Dans un élan satirique, le poète exprimera, en effet là, un dépit plus ciblé sur son temps et sur son monde : le siècle est pourri, la morale compromise et même celui qui s’attache à faire le bien n’en retirera que les pires ennuis. Sur sa voie, l’homme de bien, le prud’homme, trouvera plus d’ennemis et d’embûches que de récompenses. Une raison supplémentaire de ne rien attendre de ce monde ? Désabusé, l’auteur n’ira pourtant pas jusque dire qu’il faille renoncer au bien pour prêcher une forme de « non action » totale (et presque bouddhiste), et le texte rejoindra, finalement, la prêche en laissant au lecteur pour unique refuge, la passion et l’exemplarité christique : résignation à ne pas voir le bien récompensé, acceptation d’une forme de souffrance, apologie encore d’une certaine forme de renoncement pour faire basculer son esprit, sa raison et ses questionnements du côté de la foi ? Sans doute un peu tout cela à la fois.


Du vieux français d’oïl au français moderne

S’il faut en croire le site Arlima, aucune traduction en français moderne n’était jusque là attachée à ce texte. Sans avoir la prétention de la perfection puisqu’il s’agit tout au plus d’un premier jet, ce vide sera, au moins, partiellement comblé.

Biaus sires Diex, que vaut, que vaut
La joie qui tost fine et faut,
Dont nus ne se doit esjoïr,
Que nus ne set monter si haut
S’un poi d’aversité l’assaut,
Qu’assez tost ne l’estuet chéïr ?
J’ai véu tel gent décheir,
Dont je me puis mult esbahir
Et merveillier, se Diex me saut,
Qui ne doutoient nul assaut,
Tant erent orguilleus et baut.
Or les covient à point venir.
Tels cuide aus nues avenir,
Quant il se cuide miex tenir,
Qui à reculons fet .i. saut.

Beau Sire Dieu, que vaut, que vaut,
La joie qui tôt fini et fane* (tombe, s’évanoui, fait défaut),
Dont nul ne se doit réjouir,
Car nul ne peut monter si haut
Qu’un point d’adversité l’assaille
Et bien vite le fait choir ?
J’ai vu de tels gens déchoir,
Dont je peux fort m’ébahir
Et m’étonner, que Dieu me garde,
Qui ne redoutaient nul assaut,
Tant étaient orgueilleux et fiers.
Or ils durent au point venir
Comme qui croit aux nues parvenir
Quand il s’y pense mieux tenir, 
A reculons, fait un saut.

Qui plus haut monte qu’il ne doit,
De plus haut chiet qu’il ne voudroit ;
Par maintes foiz l’ai oï dire.
Li siècles maint homme deçoit :
Mors et honiz est qui le croit ;
Quar cil qui plus haut s’i atire,
Et qui cuide estre plus granz sire,
Fortune vient, sel’ desatire
Et le met où estre soloit,
Ou encore en plus basse tire ;
Quar celui qui li soloit rire
Set mult bien qu’il le decevoit.
Por ce est fols qui se forvoit,
Se il el royaume se voit,
Quar tost est entrez en l’empire.
Cis siècles maint homme deçoit :
Fols-s’i-fie est nommez à droit ;
Por ce le doit chascun despire.

Qui plus haut monte qu’il ne devrait
Choit de plus haut qu’il ne voudrait
Maintes fois, je l’ai ouï dire
Ce monde en déçoit plus d’un
Blessé* (mordu?) et trompé (déshonoré) qui s’y fie
Car celui qui plus haut, s’harnache (s’y accroche, s’y fixe)
Et qui croit être plus grand sire,
Fortune vient l’en déloger
Pour le ramener d’où il venait,
Ou en un rang plus bas encore. 
Mais celui qui avait l’habitude d’en rire
Savait très bien qu’il serait déçu
Pour ce, fou est qui se fourvoie
Si au royaume, il se voit
Car il n’est entré qu’en l’Empire.
Ce monde maints hommes déçoit
Fou-qui-s’y-fie est nommé à droit (à raison)
Et (pour cela), chacun le doit mépriser (dédaigner)

En ce siècle n’a fors éur ;
N’i doit estre nus asséur,
Quar nus n’i a point de demain.
Chascuns i doit estre à péur,
Quar ainçois que soient méur,
Chiéent li franc et li vilain,
Ausi com la flor chiet du rain,
Ainz qu’ele port ne fruit ne grain,
Quant ele n’a fin air ne pur.
Por ce point ne m’i asséur,
Quar je n’i voi nul si séur,
Si jone, si haitié, si sain,
Si fort, si aspre ne si dur,
Si riche, ne si clos de mur,
Ne de si grant noblece plain,
S’un petit mal le prent au main,
Que n’el rende pâle et obscur,
Plus tost c’on ne torne sa main.

En ce monde, n’a guère de bonheur (chance)
Personne ne doit s’y sentir sûr (en sûreté)
Car, nul n’y a point de demain (d’avenir assuré)
Chacun doit être dans la peur,
Car avant qu’ils ne soient mûres,
Tombent le franc et le vilain.
Telle la fleur choit du rameau,
Avant de donner fruits ou grains
Quand elle n’a d’air pur, ni délicat
Pour cela, je ne m’y fie point,
Car je ne vois nul si sûr
Si jeune, si bien portant, si sain,
Si fort, si robuste et si rude,
Si riche, ou si enceint de murs
Ni si plein de grand noblesse 
Qu’un petit mal ne le prenne au matin, (à la main?)
Qui le rende pâle et obscur,
Plus vite qu’on ne tourne sa main. (qu’on ne l’examine)

Que vaut avoir, que vaut richece,
Que vaut boban, que vaut noblèce,
Que vaut orgueil à demener,
Que nus n’est de si grant hautèce,
Quant la luete l’i estrece,
Que par mort ne l’estuet passer;
Et quant il ne puet alener,
N’en puet o soi du sien porter
La montance d’un grain de vesce,
S’il n’a bien fet en sa jonece :
Donques n’est-il si grant proece
Com de Dieu servir et amer.
On doit por fol celui clamer
Qui l’entrelet par sa perece,
Por ce chétif siècle à amer.

Que vaut avoir, que vaut richesse
Que vaut luxe, que vaut noblesse
A quoi bon se gonfler d’orgueil (s’abandonner à)
Puisque nul n’est de si haut rang (élévation)
Lorsque sa gorge se resserre
Que par mort il lui faut passer,
Et qu’il ne peut plus respirer,
Et ne peut plus porter par lui-même
La valeur d’un grain de vesce (sainfoin),
S’il n’a bien agi dans sa jeunesse :
Ainsi, il n’est si grande prouesse,
Que de servir et d’aimer Dieu,
Et on doit bien traiter de fou
Celui qui s’y soustrait par paresse,
Pour aimer ce monde fragile.

El monde n’a riens tant chierie,
Qui tant déust estre haïe,
Com cest siècle c’on a tant chier,
Que nus tant i ait seignorie,
N’i est asséur de sa vie
Demi-jor ne .i. jor entier.
Ausi tost l’estuet-il lessier,
Le roi, le duc et le princier
Com le povre homme qui mendie ;
Que la mort fiert sanz manecier,
Ne nus hom ne s’en puet guetier
Par science ne par clergie.
N’i vaut ne guete ne espie,
Que tels est toz sainz à complie
Qui se muert ainz l’aler couchier;
Qui plus en sa santé se fie
Maintenant l’estuet trébuchier.

Au monde rien tant on chérie
Qu’on devrait en tout point haïr
Comme ces temps que l’on chérie tant
Ou nul même s’il a seigneurie,
Ni est assuré de sa vie
Demi-jour ou un jour entier.
Qu’aussitôt il lui faut laisser
Le roi, le duc et le princier (ses titres)
Comme le pauvre homme qui mendie :
Que la mort frappe sans prévenir ( menacer),
Aucun homme ne s’en peut garder
Par savoir (intelligence) ou par science
Ni ne sert de guetter ou d’épier (espionner)
Quand celui, en santé au soir, (complies dernière prière du soir)
Se meurt au moment du coucher :
Qui plus à sa santé se fie,
Maintenant lui faut choir (trébucher).

El monde n’a riens que je voie
Par qoi nus hom amer le doie.
Fols est et plains de trahison ;
Qui plus i sert plus i foloie;
Plus se meffet, plus se desroie,
Qui plus i met s’entencion.
Quar sovent muer le voit-on
En duel et en confusion,
Feste, solaz, déduit et joie.
Qui est au monde plus preudom,
Plus i a persécution,
Et je comment m’i fieroie ?
Certes grant folie feroie,
Quar nus ne va mès droite voie :
Chascuns trahist son compaignon ;

Cels qui ne béent s’à bien non
Truevent mès plus qui les guerroie,
Que li murtrier ne li larron.
Jhésus, qui souffri passion,
Nous maint  trestoz à droite voie,
Et à vraie confession.

Amen.
Explicit la Roe de Fortune.

En ce monde, n’y a rien que je vois
Par quoi nul homme aimer le doive
Il est fou et plein de traîtrise (trahison),
Qui plus le sert, plus il divague
Plus se défie ( s’égare?), plus il dévie,
Qui plus y met son intention.
Car, souvent changer le voit-on
En douleur et en confusion,
Fête, plaisir, jouissance et joie.
Et plus grand est l’homme de bien,
plus il trouve persécutions
Et moi comment pourrais-je m’y fier ?
Quand nul ne suit plus droite voie :
Chacun trahit son compagnon ;

Celui qui ne s’attache qu’à faire le bien,
En trouve bien plus qui le guerroient
Plus que meurtriers ou larrons.
Puisse Jésus qui souffrit la passion
Nous guider tous sur le droit chemin
Et à sincère (véritable) confession.

Amen.

Explicit la Roue de Fortune.


Issus du même manuscrit, voir également  : Le Salut d’EnferUne Branche d’Armes – Du vilain qui conquit le paradis en plaidant –  De Brunain la vache au prêtre

En vous souhaitant une belle journée.

Fred
Pour moyenagepassion.com
A la découverte du Moyen-Age sous toutes ses formes.

Les leçons de « Fortune », une ballade de Michault Taillevent

poesie_medievale_michault_le_caron_taillevent_la_destrousse_XVe_siecleSujet : poésie, littérature médiévale, ballade, poète médiéval, bourgogne, poète bourguignon, bourgogne médiévale, poésie réaliste, poésie morale, fortune.
Période : moyen-âge tardif, XVe
Auteur : Michault (ou Michaut) Le Caron, dit Taillevent ( 1390/1395 – 1448/1458)
Titre : O folz des folz…

Bonjour à tous,

V_lettrine_moyen_age_passion copiaoici un nouvel extrait de la poésie de Michault Caron dit Taillevent. Loin du jeune auteur qui se faisait attaquer dans le bois de Saint-Maxence et contait dans La Détrousse, non sans un certain humour, sa malencontreuse aventure devant la cour du duc de Bourgogne, c’est un poète plus résolument moraliste que nous retrouvons ici. Tirée d’un traité de Sagesse appelé le régime de fortune et fait en référence à Horace, cette ballade est assurément plus une oeuvre de la maturité.

Les exigences et les caprices de Fortune

« Ce n’est que vent de la gloire du monde,
A ung hasart tout se change et se cesse. »
Michault Le Caron, dit Taillevent

Michault Taillevent nous rappellera ici cette notion de « Fortune » dont nous avons déjà parlé et qui se trouve être si importante au Moyen-âge. C’est ce sort, personnifié par sa roue qui tourne inexorablement. Symbole de l’impermanence et de l’arbitraire, elle vient sanctionner, de manière inéluctable l’impuissance des hommes à rien pouvoir saisir, ni tenir.

fortune_medievale_roue_du_sort_moyen-age_miniature_enluminure_Maître_Coëtivy_XVe

La Roue de Fortune, miniature médiévale de Maître de Coëtivy (Colin d’Amiens 1400-1450) grand maître enlumineur du XVe siècle.

C’est un fait bien établi, dans la vision chrétienne médiévale comme actuelle d’ailleurs, notre passage en ce bas monde matériel n’est que transitoire et n’a de raison que préparer notre entrée dans l’immatériel, le royaume du divin. Ce devrait ou pourrait être, en soi, une raison suffisante pour ne point s’obséder d’y accumuler biens et richesses  puisque le chrétien ne pourra pas, quoiqu’il advienne, les emporter avec lui de l’autre côté de la rive et ils pourraient même l’alourdir au jour de sa mort et de son jugement, mais si cela ne suffisait pas à lui faire comprendre la vanité de l’entreprise, les exigences du sort et les caprices de Fortune viennent s’y ajouter. Dans les représentations médiévales, tous les hommes sans exception, du plus démuni au plus grand prince, y sont, en effet, soumis.

Présente dès l’antiquité, dans le monde médiéval chrétien, Fortune si elle prend, par instants, les traits d’une déesse ambivalente et capricieuse, puise sa raison d’être ou ses origines dans la bible et l’Ecclésiaste :

« Puis, j’ai considéré tous les ouvrages que mes mains avaient faits, et la peine que j’avais prise à les exécuter; et voici, tout est vanité et poursuite du vent, et il n’y a aucun avantage à tirer de ce qu’on fait sous le soleil. » 
Ecclésiaste, 2 – 11

C’est visiblement sous l’influence du philosophe Boèce (480-524) qu’elle sera, quelques siècles plus tard, représentée sous la forme d’une roue et connaîtra de belles heures dans l’iconographie et les miniatures du moyen-âge, à partir du XIe siècle.

  « Notre nature, la voici, le jeu interminable auquel nous jouons, le voici :
tourner la Roue inlassablement, prendre plaisir à faire descendre ce qui
est en haut et à faire monter ce qui est en bas
. »
Boèce  – Consolation de Philosophie

michault_taillevent_caron_fortune_ballade_poesie_medievale_bourguigne_moyen-age_XVe

« O folz des folz », ballade contre l’ambition
et les illusions de l’Avoir

Quoiqu’il en soit, se fier à la hauteur de son trône ou de sa position et s’en gargariser quand, d’aventure, Fortune vous a placé tout en haut, ne serait que pure déraison pour les auteurs du moyen-âge central. Le lendemain, elle peut tout aussi bien vous faire choir.

Se glorifier de ses possessions de ses richesses, les poursuivre, s’en croire même le juste détenteur ou, pire, l’artisan ?  Folie ! Pure Vanité !  Contre fortune, il faut garder raison. On peut conter sur l’auteur du moyen-âge tardif pour nous le rappeler. Nus comme au premier jour, nantis pour seuls habits de ceux que la nature nous a donnés et de ses dons, il nous enjoint à nous contenter de peu, en nous souvenant des leçons de fortune et en nous rappelant ses droits.

O folz des folz, et les folz mortelz hommes,
Qui vous fiez tant es biens de fortune
En celle terre et pays ou nous sommes,
Y avez vous de chose propre aucune ?
Vous n’y avez chose vostre nesune* (*aucune, pas même une)
Fors les beaulx dons de grace et de nature.
Se fortune donc, par cas d’aventure,
Vous toult* (*ôte)  les biens que vostres vous tenez,
Tort ne vous fait, ainçois vous fait droicture*, (*justice)
Car vous n’aviez riens quant vous fustes nez.

Ne laissez plus le dormir a grans sommes
En vostre lict, par nuit obscure et brune,
Pour acquester richesses a grans sommes,
Ne convoitez chose dessoubz la lune,
Ne de Paris jusques a Pampelune,
Fors ce qu’il fault, sans plus, a creature
Pour recouvrer sa simple nourriture ;
Souffise vous d’estre bien renommez,
Et d’emporter bon loz en sepulture :
Car vous n’aviez riens quant vous fustes nez.

Les joyeulx fruitz des arbres, et les pommes,
Au temps que fut toute chose commune,
Le beau miel, les glandes et les gommes
Souffisoient bien a chascun et chascune,
Et pour ce fut sans noise* (* bruit,querelle) et sans rancune.
Soyez contens des chaulx et des froidures,
Et me prenez Fortune doulce et seure.
Pour voz pertes, griefve dueil* n’en menez, (*deuil douloureux)
Fors a raison, a point, et a mesure,
Car vous n’aviez riens quant vous fustes nez.

Se fortune vous fait aucune* (*quelque) injure,
C’est de son droit, ja ne l’en reprenez,
Et perdissiez jusques a la vesture :
Car vous n’aviez riens quant vous fustes nez.

Michault Le Caron, dit Taillevent – Le régime de Fortune

En vous souhaitant une très belle journée.

Frédéric EFFE
Pour Moyenagepassion.com
A la découverte du moyen-âge sous toutes ses formes.